mardi 31 janvier 2017

Jean-Luc Mélenchon participait à la présentation du rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal-logement.

Le 31 janvier, Jean-Luc Mélenchon participait à la présentation du rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal-logement. Il a développé ses propositions sur ce sujet et a en particulier proposé la création d'une véritable «sécurité sociale du logement». Jean-Luc Mélenchon a décliné plusieurs de ses propositions : plan d'investissement de 18 milliards d'euros, construction de 200 000 logements par an, rénovation de 700 000 logements, taxation sur les transactions immobilières les plus élevées ainsi que sur l'héritage... Plus généralement, il a appelé à prendre conscience que le problème principal du mal-logement était le non-partage des richesses et qu'on ne pouvait tolérer que 2 000 personnes meurent chaque année dans la rue alors que notre pays est plus riche qu'il ne l'a jamais été.



France_insoumise
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

"Le Canard enchaîné" affirme que Penelope Fillon a perçu plus de 930 000 euros et non 600 000 euros


La facture s'alourdit. Dans son édition du mercredi 1er février, Le Canard enchaîné affirme désormais que l'épouse de François Fillon a perçu plus de 930 000 euros comme assistante parlementaire et à La Revue des deux mondes. L'hebdomadaire publie ces nouvelles révélations tandis que l'enquête sur la réalité des emplois de
Penelope Fillon a conduit les enquêteurs à mener une perquisition à l'Assemblée nationale, mardi, afin de chercher des documents liés à son emploi d'assistante parlementaire.
Après avoir évoqué la somme de "500 000 euros brut", Le Canard chiffre désormais à 831 440 euros brut la somme perçue par Penelope Fillon comme assistante parlementaire de son mari ou de son suppléant Marc Joulaud. Non pas seulement de 1998 à 2002, comme écrit la semaine dernière, mais aussi de 1988 à 1990. L'épouse du candidat de la droite à l'élection présidentielle de 2017 a également perçu quelque 100 000 euros brut pour un emploi au sein de la Revue des deux mondes.
Par ailleurs, le Canard affirme que François Fillon a rémunéré deux de ses enfants comme assistants parlementaires, lorsqu'il était sénateur de la Sarthe entre 2005 et 2007. Le candidat avait lui-même révélé révélé l'existence de ces missions, jeudi soir sur TF1. L'hebdomadaire les chiffre à 84 000 euros : 57 084 euros bruts perçus par Marie Fillon et 26 651 euros par Charles Fillon.

(31-01-2017 - avec les agences de presse)
Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr    


France_insoumise
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

Mal-logement: quinquennat "en demi-teinte" juge la fondation Abbé Pierre


En matière de lutte contre le mal-logement, le bilan du quinquennat Hollande est en "demi-teinte", juge la fondation Abbé Pierre dans son rapport annuel, qui a été remis lundi au président de la République.
Malgré les engagements du candidat Hollande, qui avait signé le "Contrat social" de la fondation en février 2012, et une "activité législative assez dense" liée au logement pendant le quinquennat (loi ALUR, loi relative à la mobilisation du foncier public, loi pour la transition énergétique, etc.), en 2017 "le nombre de personnes confrontées à la crise du logement continue d'augmenter", selon ce rapport.
Si la fondation Abbé Pierre n'est pas en mesure de comparer strictement l'évolution, pendant le quinquennat, du nombre de mal logés, elle souligne plusieurs tendances montrant une aggravation de la situation: le nombre de personnes sans domicile par exemple (143.000 selon l'Insee) a augmenté de 50% entre 2001 et 2012. Celui des personnes contraintes d'être hébergées chez des tiers a grimpé de 19% entre 2002 et 2013. Et les personnes en situation de "surpeuplement accentué" (lorsqu'il manque deux pièces ou plus au logement) "sont de plus en plus nombreuses": +17% entre 2006 et 2013.
Sur le plan de l'immobilier, "alors que le président de la République avait fixé l'objectif de 500.000 constructions neuves par an, dont 150.000 logements sociaux, on ne peut que constater à la fin de ce quinquennat que le compte n'y est pas", souligne aussi le rapport: "depuis 2012, moins de 400.000 logements sont mis en chantier chaque année, malgré une remontée de la production au cours de la dernière année du quinquennat".
Près de quatre millions de personnes sont mal logées, (c'est-à-dire qu'elle sont soit privées de logement personnel soit vivent dans des conditions de logement très difficiles) et plus de 12 millions sont "fragilisées par rapport au logement" (locataires en situations d'impayés, propriétaires occupant un logement dans une copropriété en difficulté, etc.).
La Fondation Abbé Pierre regrette également que "les expulsions locatives surviennent encore avec le concours de la force publique sans relogement, contrairement aux engagements présidentiels". Elles ont même fait un "bond spectaculaire annuel de 24% en 2015".
Parmi les points positifs, la fondation Abbé Pierre cite notamment l'encadrement des loyers qui a des "effets concrets et directs, sonnants et trébuchants, pour les ménages", et qu'il est "indispensable de renforcer".
"Des graines ont été semées et des avancées obtenues, en matière de loyers, d'orientation des attribution HLM, de gouvernance, de précarité énergétique... Mais elles ne suffiront pas face à l'ampleur du mal logement".
Pour renverser la tendance, "il faut complètement changer d'échelle", martèle Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. "Si on met en place un grand plan d'action national pour sortir les sans domicile de leur situation, on peut régler la question en cinq ou dix ans selon les territoires", assure-t-il.
Pour combattre efficacement le mal-logement, la Fondation Abbé Pierre émet quinze propositions, parmi lesquelles la production de 150.000 logements sociaux par an accessibles aux plus modestes, la mobilisation du parc privé à des fins sociales, la mise en place d'une politique plus précoce de prévention des expulsions ou encore la résorption des "passoires thermiques" (logements mal isolés).
Concernant les migrants, la fondation insiste sur la nécessité de débloquer des moyens pour les loger et les accompagner et celle d'assouplir les possibilités de régularisation, "afin d'éviter que des dizaines de milliers de personnes soient en situation de grande précarité pendant des années".
Mardi, certains principaux candidats à la présidentielle, à l'exception de Marine Le Pen avec qui la Fondation est en "désaccord profond", débattront de ces sujets à La Défense. Sont annoncés Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Benoît Hamon.
Christophe Robert insiste: "On veut montrer que c'est possible de faire autrement".

(31-01-2017 - avec l'Afp)
Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Très carré


Cazeneuve a été très carré lundi à l'issue de sa rencontre avec le candidat Benoît Hamon, quelques heures après sa désignation. "Il ne pourra réussir, a déclaré le Premier ministre, sans assumer le bilan du quinquennat de François Hollande"

- Lundi, Cazeneuve a conseillé Hamon d'arrêter de critiquer le bilan du quinquennat
- eeuuhh...
- quoi?
- que va le conseiller jeudi François Hollande?
- ...!?

Roland RICHA
Mardi, 31 janvier 2017

France_insoumise
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr


Contradiction du jour

L'aile droite du Parti socialiste revendique dans une tribune publiée mardi un droit de retrait de la campagne présidentielle.


Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

lundi 30 janvier 2017

Retour dans le passé


- Dis-moi...
- oui?
- que va devenir le député de la 1ère circonscription de l'Essonne?
- de qui parles-tu?
- de l'ex premier ministre, ex ministre de l'intérieur, ex conseiller régional d'Ile de France, ex maire d’Évry, ex conseiller en communication
- il se retire pour réfléchir
- à quoi?
- à ce qu'il va devenir
- il pourrait écrire un livre
- pour être lu par qui?
- ...!?

Roland RICHA
Lundi, 30 janvier 2017

France_insoumise
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

Le Travail en débat



Régulièrement, des citoyens de Nanterre du mouvement la "France Insoumise" organisent un échange public sur un point précis de "L'avenir en commun", programme porté par Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidence de la république en 2017.

Le Travail
sera débattu le mardi 31 janvier de 19h30 à 21h00
au 1er étage de La Chope des Halles au 1, rue de Chanzy à Nanterre.

Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

   

L’obsession


- Et maintenant... c'est quoi le programme?
- rassembler les socialistes
- oui mais... autour de quel programme?
- de rassemblement de la gauche
- oui mais... autour de quel programme?
- ...!?

Roland RICHA
Lundi, 30 janvier 2017

France_insoumise
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

Contradiction du jour

Le Défenseur des droits enquête pour des cas de médecins refusant de soigner des précaires.

Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

dimanche 29 janvier 2017

Heu... reux !


- Ils doivent être heureux au Ps
- pourquoi?
- les voilà avec un président sortant et un candidat pour le remplacer
- même deux
- ...!?

Roland RICHA
Mardi, 29 janvier 2017


France_insoumise
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr


Revue de la semaine de Jean-Luc Mélenchon

Dans ce 16 épisode de la revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon parle de plusieurs sujets : la mort d'un homme à Venise sous les moqueries de gens qui le filmaient, le droit à l'avortement et les menaces qui pèsent sur lui aux États-Unis et en France, la publication du scénario Négawatt, la réunion publique de Périgueux, sa visite de l'ENJMIN (École nationale du jeu et des médias interactifs numériques) et son expérience du jeu vidéo, sa visite du festival de la Bande dessinée à Angoulême, la triche à la primaire du PS et la situation politique après les révélations du Canard enchaîné sur François Fillon.


France_insoumise
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

samedi 28 janvier 2017

Le courrier

- Y a du courrier?
- un prospectus du Front de gauche
- ça doit être Pierre qui l'a mis
- ou Nicolas
- non... Nicolas, c'est la France insoumise
- ...!?

Roland RICHA
Samedi, 28 janvier 2017


Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

vendredi 27 janvier 2017

Réintégrez Nordine MORDI !


Mobilisation le Lundi 30 Janvier 2017 de 10 à 14 heures, pour clamer la réintégration de notre camarade Nordine MORDI. le lieu du rassemblement est au Centre Hospitalier Rive de seine (site de Courbevoie) 30 rue Kilford 92400 Courbevoie.
Pour information , nous avons rencontré la direction qui reste dans sa position d'autoritarisme, (ci-dessous le Compte-Rendu de la rencontre). Nous vous attendons nombreux pour soutenir Nordine Mordi.

Malika BELARBI,
Secrétaire Générale de l'Union Santé Départementale CGT 92

Accès au compte-rendu de la rencontre:
www.aloufok.net/mordi1.pdf
   
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
L´adhésion exige une approbation.
Seuls les membres peuvent publier des messages.
Les messages ne sont pas modérés.

S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       
     

Fin de l'enquête


- Nom, prénom et profession?
- Fillon, Pénélope... eeuuhh...
- votre profession?
- épouse de François Fillon
- que savez-vous faire sans lui?
- ...!?

Roland RICHA
Vendredi, 27 janvier 2017

"En 1997 j'ai un collaborateur parlementaire qui est parti, je l'ai remplacé par Penelope" a déclaré l'ancien premier ministre sur TF1.


France_insoumise
Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

Jean-Luc Mélenchon à Périgueux

Le 26 janvier 2017, Jean-Luc Mélenchon tenait une réunion publique à Périgueux devant plus de 2000 personnes. Il a développé ses propositions : sortie du nucléaire, 100% d'énergies renouvelables, protectionnisme solidaire, refus des traités de libre-échange TAFTA et CETA, sortie des traités européens. Jean-Luc Mélenchon a également détaillé comment il financerait le remboursement des soins de santé à 100% par la Sécurité sociale.


Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo

L´adhésion exige une approbation.
Seuls les membres peuvent publier des messages.
Les messages ne sont pas modérés.

S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

Contradiction du jour

 Valls interrompu en plein meeting à Alfortville au cri de "touche pas à ma ZEP !"


Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo

L´adhésion exige une approbation.
Seuls les membres peuvent publier des messages.
Les messages ne sont pas modérés.

S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

jeudi 26 janvier 2017

Contradiction du jour

Valérie Pécresse, a affirmé jeudi sur RTL qu'elle ne "savait pas" que l'épouse de François Fillon avait occupé un poste d'attachée parlementaire.


Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo

L´adhésion exige une approbation.
Seuls les membres peuvent publier des messages.
Les messages ne sont pas modérés.

S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr

Suite de l'enquête


- Nom, prénom et profession?
- Fillon, Pénélope... eeuuhh...
- votre profession?
- épouse de François Fillon
- à plein temps?
- ...!?

Roland RICHA
Jeudi, 26 janvier 2017

Lors de la campagne de la primaire de la droite, durant laquelle elle est très peu apparue, Mme Fillon avait pourtant assuré que, "jusqu'à présent, (elle) ne s'était jamais impliquée dans la vie politique de (son) mari". (Afp)

Groupe de diffusion et d'échanges sur Yahoo: France_insoumise
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

mercredi 25 janvier 2017

L'Enquête


- Nom, prénom et profession?
- Fillon, Pénélope... eeuuhh...
- votre profession?
- épouse de François Fillon
- ...!?

Roland RICHA
Mercredi, 25 janvier 2017

La femme de François Fillon, Pénélope Fillon, aurait été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son époux ou de son suppléant, selon Le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 25 janvier.

Groupe de diffusion: France_insoumise
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       
     

Contradiction du jour

Valls ou Hamon? ... François Hollande ne votera pas.


Groupe France_insoumise
Administrateur du groupe: Roland RICHA

L´adhésion exige une approbation.
Seuls les membres peuvent publier des messages.
Les messages ne sont pas modérés.

S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
       

mardi 24 janvier 2017

Contradiction du jour

Valls refuse de dire s'il soutiendra Hamon


Groupe France_insoumise
S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
     
     

lundi 23 janvier 2017

La mère de Cédric Herrou, l'agriculteur poursuivi pour aide aux migrants, a écrit une lettre au procureur de Nice


"C'est têtu un Breton, et ça n'a pas peur des tempêtes." La mère de Cédric Herrou, l'agriculteur de 37 ans poursuivi pour aide aux migrants, a décidé de prendre la parole pour raconter leur histoire familiale et les fondements de l'engagement de son fils. Cette lettre a été envoyée au procureur de Nice et publiée sur Facebook, dimanche 22 janvier.
"Pour que vous compreniez... Nous avons été "
famille d'accueil" pendant 25 ans. Cédric avait 5 ans, Morgan 7, quand les premiers enfants sont arrivés. Ils ont partagé leurs jouets, leur table, leur maison, leurs parents avec 15 enfants délaissés, de toutes origines, certains battus, violés", explique celle qui signe "Mama Herrou". Le 4 janvier, son fils a comparu à Nice pour aide à l'entrée, au séjour et à la circulation d'étrangers en situation irrégulière. Le parquet a requis huit mois de prison avec sursis à son encontre.

Elle interpelle Eric Ciotti et Christian Estrosi
Une situation inacceptable pour la mère de Cédric Herrou. Dans sa lettre, elle est aussi revenue sur son histoire personnelle, pour interpeller des responsables politiques de la région. "Ma grand -mère paternelle a elle aussi, en 1918 passé la frontière d'Italie à pied, par les montagnes elle a perdu le bébé qu'elle portait au cours de ce périple, (peut-être a t'elle croisé à ce moment là les grands mères de messieurs Ciotti et Estrosi, qui sait ?)", écrit-elle. C'est toujours dans cette vallée franco-italienne que Cédric Herrou offre le gîte et le couvert à des migrants depuis plusieurs mois.
"Voilà monsieur le Procureur, et tous ceux qui le traite de passeur, de trafiquant d'êtres humains et de voleur voilà à qui vous avez à faire", conclut la mère de Cédric Herrou. Le jugement de son fils doit être rendu le 10 février


(Par Robin Prudent, franceinfo, 23 janvier 2017)

Groupe France_insoumise
Administrateur du groupe: Roland RICHA

L´adhésion exige une approbation.
Seuls les membres peuvent publier des messages.
Les messages ne sont pas modérés.

S´inscrire: france_insoumise-subscribe@yahoogroupes.fr
     

2 sur 7


- V'là le Ps avec deux candidats
- oui mais dimanche prochain y en aura plus qu'un
- et quel qu'il soit... l'autre se ralliera à lui
- c'est tout le problème
- heureusement que Mélenchon est candidat
- ...!?

Roland RICHA
Lundi, 23 janvier 2017

En fin de soirée, sur quelque 1,33 million de bulletins dépouillés, Benoît Hamon arrivait en tête avec 36,3% des voix, au soir du premier tour de la primaire organisée par le PS, suivi de Manuel Valls avec 31,1%.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

dimanche 22 janvier 2017

Se reconnaître


- Pour voter à la primaire du Ps il faut approuver la charte d'engagement de reconnaissance dans les valeurs de la Gauche et des Écologistes
- que dit cette charte?
- tu dois te reconnaître dans les valeurs de la Gauche et de la République, dans le projet d'une société de liberté, d'égalité, de fraternité, de laïcité, de justice et de progrès solidaire
- pas de problème... moi, c'est dans les anciens et nouveaux ministres d'Hollande que je ne me reconnais pas
- alors, il faut attendre
- attendre quoi?
- le 23 avril et le 7 mai
- pourquoi?
- pour voter Mélenchon
- ...!?

Roland RICHA
Dimanche, 22 janvier 2017

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Primaire du PS: Jean-Luc Mélenchon juge probable le désistement du vainqueur


Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise à la présidentielle, a estimé probable un désistement en sa faveur ou en celle d'Emmanuel Macron du vainqueur de la primaire organisée par le Parti socialiste, dans une interview au Journal du Dimanche.
Un désistement "fait partie des probabilités", a dit M. Mélenchon alors que le premier tour de la primaire organisée par la Belle alliance populaire a lieu ce dimanche.
Les derniers sondages donnent actuellement le vainqueur de cette primaire, quel qu'il soit, en 5e position au premier tour de la présidentielle en avril prochain.
"Ils sont en cinquième position derrière nous. Est-ce si malheureux que ça? A quoi bon un candidat socialiste? Pour quoi faire?", s'est interrogé M. Mélenchon.
Selon le chef de file de la France insoumise, sa candidature ou celle d'Emmanuel Macron, leader du mouvement En Marche !, "oblige le PS à sortir d'un double langage qui a tué ce parti".

(22-01-2017 - avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Dix ans après la mort de l'abbé Pierre : Emmaüs continue son combat

«l'esprit de l'abbé Pierre, c'est de trouver des solutions concrètes avec les personnes (en situation d'exclusion) et d'interpeller la société et les pouvoirs publics».

Emmaüs célèbre les dix ans de la mort de l'abbé Pierre ce dimanche 22 janvier. L'association cherche à prolonger l'action de son fondateur auprès des plus démunis, en gardant le même esprit.
Dix ans après la mort de l'abbé Pierre, son esprit plane toujours sur le mouvement Emmaüs. Il en était le fondateur. Le dimanche 22 janvier, le mouvement lui rendra hommage lors d'une conférence à la Bourse du Travail et une grande fête place de la République. Alors que la pauvreté n'a pas disparu, Emmaüs continue d'agir pour les plus faibles.
«Il reste une icône», indique Thierry Kuhn, président d'Emmaüs France, depuis 2014, joint par Le Figaro. «Par leur présence territoriale, l'abbé Pierre et Emmaüs sont ancrés dans le cœur de la société.» Une véritable «galaxie Emmaüs» s'est organisée en France et vit grâce à ce qu'il appelle «les héritiers de l'abbé Pierre», les quelque 4500 compagnons d'Emmaüs. Le mouvement a pour objectif de répondre à toutes les facettes de l'exclusion. L'aide aux sans-abris en situation d'urgence, la rénovation de logements insalubres, la gestion d'habitat à loyer modéré, la lutte contre le surendettement ou encore la réinsertion par le travail via des activités s'inscrivant dans l'économie sociale et solidaire. «La personne en situation d'exclusion devient ainsi acteur de sa vie, acteur de la solidarité», explique M. Kuhn.
Le responsable d'Emmaüs France résume la philosophie entourant le mouvement depuis ses débuts: «l'esprit de l'abbé Pierre, c'est de trouver des solutions concrètes avec les personnes (en situation d'exclusion) et d'interpeller la société et les pouvoirs publics». Des solutions concrètes passant notamment par la création de centres d'hébergements pour migrants dont les besoins ne cessent d'augmenter.
En dix ans, la pauvreté a changé de visage, la prise en charge de femmes et d'enfants a augmenté, poussant l'association à évoluer dans une conjoncture marquée par le chômage. Face à ces nouveaux défis, Emmaüs continue de développer ses communautés. Une 117ème a été fondée à Saint-Nazaire en décembre dernier. La structure s'adapte aussi aux mutations de l'économie, à travers l'ouverture d'une boutique en ligne, par exemple.
L'insertion par le travail dans l'économie sociale et solidaire constitue également un cheval de bataille d'Emmaüs. Près de 3000 personnes sont ainsi employées. «Le travail c'est comme le pain, ça se partage», argue M.Kuhn citant l'abbé Pierre. «On veut rassembler tous les français qui agissent sur le terrain, participent à l'économie sociale et solidaire, explique-t-il. On ne les voit pas assez. Ce sont eux les vrais héritiers.»
Il ne nie pas qu'une dimension politique accompagne également le mouvement. Avec sa conférence et sa grande fête le 22 janvier, Emmaüs souhaite peser sur la campagne présidentielle, en mettant sur la table le thème de l'exclusion. En ligne de mire, les responsables politiques qui ne prennent pas en compte l'ampleur du phénomène: «On est dans des politiques d'urgence alors que l'on meurt dans la rue toute l'année», blâme Thierry Kuhn.
Les derniers jours et l'épisode de grand froid ont remis en lumière le quotidien de milliers de personnes vivant dans les rues. «Tant que dure l'hiver, que ces centres subsistent, devant leurs frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre hommes: la volonté de rendre impossible que cela dure», déclarait l'abbé Pierre le 1er février 1954 au micro de Radio Luxembourg. Des mots qui semblent intemporels.

(22-01-2017 - avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

samedi 21 janvier 2017

Un nouveau pic de pollution attendu lundi 23 janvier à Paris


Les véhicules les plus polluants ne pourront pas circuler lundi dans la capitale et dans sa proche banlieue, tandis que la circulation alternée sera mise en place à Lyon et Villeurbanne.
Après les différents pics de pollution fin décembre, le taux de pollution aux particules fines est «élevé» ce week-end, en Ile-de-France, en raison des conditions météorologiques, a annoncé Airparif, l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air. En réaction, la ville de Paris a annoncé dès vendredi soir la gratuité du stationnement résidentiel dans la capitale ce samedi.
Mais dès lundi, Paris inaugurera le système de «circulation différenciée». Ce dispositif repose sur la vignette Crit'Air (»certificat qualité de l'air»), obligatoire à Paris depuis le 16 janvier. Cette pastille de couleur distinguant six catégories de véhicules (numérotées de 0 à 5, 5 étant la catégorie la plus polluante) régit désormais les interdictions de circulation dans l'agglomération parisienne, en remplacement de la circulation alternée - reposant sur le numéro de plaque d'immatriculation - en vigueur jusqu'alors. En application de ce système, les véhicules les plus polluants (ceux non étiquetés et ceux de catégorie 5) ne pourront pas circuler lundi dans la capitale et la petite couronne, précise la préfecture.
Face à un dispositif encore très récent, les forces de l'ordre feront preuve de «pédagogie» pour les automobilistes qui n'auront pas acquis les vignettes, a précisé samedi Marc Meunier, secrétaire général de la zone de défense et de sécurité de Paris. «Mais à terme, le fait de ne pas avoir de vignette sera sanctionné», a-t-il averti, alors que «20% à 25% des véhicules sont actuellement ou seront prochainement équipés» de ces petits macarons de couleur. En attendant, la préfecture recommande de prendre les transports en commun et le covoiturage. Paris offre par ailleurs une heure d'Autolib' pour les abonnés à la journée, et l'abonnement à la journée à Vélib'. Enfin, le STIF (syndicat des transports d'Ile-de-France) va mettre en place un forfait à la journée pour faciliter le transport des Franciliens.
L'épisode de pollution doit débuter dès dimanche, selon Airparif. D'après l'association, la concentration en particules est susceptible de dépasser le seuil d'alerte de 80 microgrammes/m3. «Au vu des conditions météorologiques prévues pour dimanche, nous prévoyons un niveau plus soutenu de particules fines», entre 70 et 90 µ/m3, a indiqué à l'Agence France-Presse Grégory Abbou, prévisionniste à Airparif. Le «seuil d'information» du public, soit plus de 50 microgrammes de particules par m3 d'air, pourrait être dépassé samedi, a-t-il ajouté.

(21-01-2017 - avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

La Roya : un photographe de «Libé» malmené

L'intervention musclée des gendarmes au domicile de Cédric Herrou, le 19 janvier. (Photo: Laurent Carré)

Lors d'une perquisition chez Cédric Herrou, un photographe travaillant pour «Libération» a été mis à terre par les gendarmes et empêché de faire son travail.
Jeudi soir, alors qu’il était en reportage pour Libération dans la vallée de la Roya chez Cédric Herrou, cet agriculteur récemment jugé pour avoir aidé des migrants à entrer en France, un photographe a été non seulement empêché de faire son travail, mais il a été par ailleurs malmené et même mis à terre par des gendarmes durant l’intervention, alors qu’il s’était clairement identifié auprès des forces de l’ordre. De telles pratiques sont inacceptables et la direction de Libération les condamne vivement. Laurent Carré livre son témoignage sur ce qu’il s’est passé.

«Breil-sur-Roya, jeudi après-midi. Je profite du redoux au soleil sur une terrasse de la propriété de Cédric Herrou pour me faire détailler les circonstances de son interpellation la nuit précédente. Autour d’un plat de pâtes à la sauce tomate, Morgan, Lucille, Emile et Marie une infirmière venue apporter des soins à un jeune soudanais.
On plaisante sur les paroles de Cédric entendues quelques jours plus tôt, à l’occasion d’une réunion sur les suites à envisager pour faire face à tous ces jeunes candidats à une vie meilleure qui se trouvent hébergés chez des habitants de la vallée. «Bon, si ça continue, on va tous finir en prison. Il y a une audience de prévue en janvier, en février, en mars, en avril. Il n’y a rien en mai. Qui prend mai ?», avançait-il alors. Ce souvenir déclenche le rire général de la vingtaine de personnes présentes. Sauf Cédric lui-même qui est en garde à vue à ce moment-là.
A l’horizon, sur les reliefs nous faisant face, nous distinguons deux silhouettes marchant d’un pas lent. Je dis à Emile : «Tu vois ces gens, là-bas ?» «Des randonneurs», me répond-il. Des marcheurs un jeudi en fin d’après-midi… «Des randonneurs ou les RG ?», j’ose plaisanter. Emile avance : «Je m’attends à une arrivée des bleus d’un instant à l’autre.»
Je regarde mon portable. Un texto m’informe qu’un barrage de police est installé à l’ancienne douane. Je pars faire des images. En bas du sentier menant à la propriété, sept véhicules de gendarmerie, dont deux camionnettes, stoppent à cet instant. Quinze gendarmes se rassemblent au signal du chef de groupe. Ils sont casqués, avec visière, gilet tactique multipoches, tonfa, lacrymo et pince-monseigneur. Une dizaine d’autres gendarmes en uniforme et en civil se préparent également avec sacoche, mallette et dossier sous le bras.
La chef d’escadron de Sospel passe près de moi. Je tente d’engager la conversation au cas où un élément me manquerait. «C’est pas un peu disproportionné ?» Pas de réponse. Pour moi, plus haut, il n’y a qu’une infirmière, une jeune fille, deux gars en train de débarrasser la table et une poignée de (très) jeunes migrants. Pas d’ennemi public numéro 1, rien ne demandant un dispositif digne de la lutte contre le grand banditisme.
Les hommes se mettent en colonne en petite foulée. Deux gendarmes en civil équipés de brassards fluo s’adressent à moi : «Vous êtes obligé de prendre des photos ?» J’essaye une réponse générique : «Je fais mon travail Monsieur.» Nous poursuivons l’ascension vers le repaire des «malfaiteurs». Les hommes en noir se dispersent autour du poulailler, des ruches et des oliviers. Un chien aboie quand une voix venue de plus haut sonne la fin de ma progression : «Le journaliste, tu le fais redescendre !»
Ça doit être pour moi ça. Un gendarme vient à ma rencontre et me saisit le bras. J’essaye de faire des images, contestant tranquillement, quand un second m’attrape le bras gauche. Une subtile torsion arrière assez désagréable du bras plus tard, je me retrouve en bas sur ces sentiers escarpés.
Mes deux cerbères me relâchent près du bas de la piste : «Voilà vous restez là, vous n’allez pas plus haut.» Je lui fais observer que je me trouve sur une propriété privée et que j’y ai été invité. «Nous, c’est pareil, mais on s’invite», me répond-il. Je prends mon mal en patience attendant que la troupe redescende.
«La cheffe d’escadron arrive, elle va répondre à vos questions», fait-on savoir. Au travers des branches, je distingue Morgan précédé d’un gendarme en civil, puis Lucille suivie d’autres gendarmes.
Un gendarme me signifie vertement qu’il faut descendre maintenant. Je lui fais remarquer que j’attends sa patronne. Je fais des images des prévenus quand soudain j’entends : «Non, non, pas de photos», hurle le gendarme en civil. Je proteste et déclenche. Subitement le gendarme casqué me fiche au sol. Je déclenche de nouveau et un second casque entre dans mon champ de vision. Les bras associés saisissent ma main et mon boîtier. Ses doigts parcourent les touches de mon appareil photo.
Puis aussi soudainement que la tornade est arrivée sur moi, elle disparaît. Je me relève. Je rejoins les individus menottés sur la route nationale au trafic coupé pour l’occasion. Le gendarme en civil : «Je suis de Grenoble et on travaille souvent avec la presse et tout se passe bien», me dit-il, s’excusant à demi-mot pour l’attitude de ses collègues.
Les véhicules des deux prévenus sont perquisitionnés. «C’est perturbant que vous soyez là.» Je m’en excuse et lui assure que je ne cherche pas à interférer dans son travail. Au loin, je vois trois jeunes migrants, le visage grave, attendre qu’on leur ouvre la porte des véhicules les amenant vers un centre d’aide social à l’enfance. En remontant vers la maison, je croise l’infirmière les larmes aux yeux visiblement choquée. Elle me dit que les gendarmes sont entrés dans la maison en vociférant l’arme au poing.»

(21-01-2017 - Libération)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Revue de la semaine de Jean-Luc Mélenchon

Ce 15e épisode de la revue de la semaine a été tourné dans le train de retour de Florange. Jean-Luc Mélenchon y parle de plusieurs sujets : son déplacement à Florange, l'industrie sidérurgique française, l'énergie nucléaire, la privatisation des barrages, la disparition des singes annoncées dans les 25 ou 50 prochaines années, la nécessaire réduction de notre consommation de protéines carnées, la souffrance animale, la remise de peine de la lanceuse d'alerte Chelsea Manning et la proposition du président chinois Xi Jinping d'un désarmement nucléaire.



Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Il faut oser


- Merci à Robert Grandidier
- connais pas
- moi non plus
- et pourquoi le remercies-tu?
- il vient de signer la pétition pour hisser le drapeau palestinien sur le fronton de la mairie
- effectivement... il faut oser... surtout au lendemain de l'investiture de Donald Trump
- c'est le maire qui ne doit pas être content
- pas content de quoi?
- ...!?

Roland RICHA
Samedi, 21 janvier 2017

Accès à la pétition:
https://www.change.org/p/le-maire-de-nanterre-hissons-le-drapeau-de-la-palestine-sur-le-fronton-de-notre-mairie?recruiter=311161049&utm_source=share_for_starters&utm_medium=copyLink

   

Contradiction du jour

Valls chahuté sur le 49-3 lors de son dernier meeting parisien

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

vendredi 20 janvier 2017

Cédric Herrou sort libre de sa garde à vue

Cédric Herrou clame son innocence, affirmant avoir agi pour des motifs humanitaires. (Afp)

La garde à vue de Cédric Herrou, l'agriculteur poursuivi à Nice pour avoir aidé des migrants, a été levée. De même que celles de son frère Morgan et de Lucile Boucard, une jeune militante du collectif Roya Citoyenne. "Ils viennent d'être libérés et il n'y a pas de poursuites retenues contre eux dans l'immédiat, ni convocation devant la justice", a annoncé l'avocat de l'agriculteur à l'AFP, vendredi 20 janvier au soir.
Cédric Herrou avait été interpellé mercredi soir avec trois Érythréens près de la commune de Sospel. Il était soupçonné de les avoir aidés à éviter un contrôle, ce dont il s'est défendu. Les gendarmes l'avaient repéré alors qu'il était caché dans des buissons sur un chemin en retrait d'une route départementale.
Morgan Herrou et Lucile Boucard avaient été interpellés jeudi après-midi sur l'exploitation agricole de Cédric Herrou à Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), où, depuis plusieurs mois, il offre le gîte et le couvert à des migrants transitant clandestinement dans cette vallée franco-italienne.
Cédric Herrou a déjà comparu le 4 janvier à Nice pour aide à l'entrée, au séjour et à la circulation d'étrangers en situation irrégulière. Le parquet a requis huit mois de prison avec sursis à son encontre. Le jugement doit être rendu le 10 février.

**

Nouvelles arrestations contre une association qui vient en aide aux migrants
Alors que le militant Cédric Herrou est toujours en garde à vue, les forces de l'ordre ont arrêté son frère et une autre militante de l'association Roya Citoyenne. Celle-ci dénonce «un acharnement».
Morgan Herrou et Lucile Boucard, deux militants du collectif d'aide aux migrants Roya Citoyenne, ont été placés en garde à vue jeudi après-midi. Ils ont été arrêtés lors d'une perquisition chez le frère du premier, Cédric Herrou, également entre les mains des autorités depuis mercredi soir. Ce dernier avait été interpellé mercredi par la gendarmerie en compagnie de trois migrants, à Sospel, commune des Alpes-Maritimes. Le Parquet l'accuse d'avoir aidé les trois Érythréens à échapper à un contrôle de police, et d'avoir facilité leurs passages entre l'Italie et la France.
Les deux militants de l'association ont été arrêtés lors d'une perquisition jeudi vers 16h sur l'exploitation agricole de Cédric Herrou à Breil-sur-Roya. C'est là que depuis plusieurs mois, il offre le gîte et le couvert à des migrants transitant clandestinement dans cette vallée franco-italienne. De nombreux bénévoles se relaient sur place pour recevoir et stocker des sacs de vêtements et autres dons.
«Les gendarmes étaient une trentaine et sont arrivés arme au poing. Morgan et Lucile sont partis menottés. Ils sont en garde à vue à la gendarmerie de Menton et ont décidé de garder le silence pour le moment», a précisé vendredi au Figaro Me Zia Oloumi, avocat de l'agriculteur. Une intervention «disproportionnée» d'après l'avocat. Les forces de l'ordre ont par ailleurs «effectué des saisies puisqu'ils sont repartis avec des sacs», a-t-il ajouté.
Selon Me Oloumi, «trois mineurs originaires du Tchad et du Soudan pour lesquels Cédric cherche une solution depuis un mois se trouvaient là. Ils ont été pris par les gendarmes qui ont dit qu'ils allaient les placer auprès de l'Aide sociale à l'enfance (ASE)».

Un photographe malmené par les forces de l'ordre
Laurent Carré, photographe de Libération, venu déjeuner avec les bénévoles et donc sur place au moment de l'intervention, a déclaré avoir été malmené par les gendarmes et policiers. Il a décrit un «important déploiement de forces de l'ordre (...) avec visières, gilets tactiques, bombes lacrymos, bâtons, etc. Il y avait aussi des enquêteurs en civil. Il y avait quatre personnes sur place et des jeunes (migrants) effarouchés. J'ai pu faire quelques images, c'était cordial puis à deux reprises ils m'ont fait une clé de bras et m'ont plaqué au sol avant que je puisse recommencer à travailler», a raconté à l'AFP le photographe.
Les membres de l'association Roya Citoyenne ont de leur côté dénoncé sur Facebook «un acharnement dangereux» et un «état de siège». Avant d'ajouter que «la France n'était plus la patrie des droits de l'Homme.»
Cédric Herrou nie toute infraction, estimant n'avoir agi qu'à titre humanitaire. D'après son avocat, les trois Érythréens étaient hébergés chez l'agriculteur et partaient prendre un train. N'ayant pas eu de nouvelles de ces derniers, l'agriculteur les a contactés par téléphone. Ils étaient perdus et n'avaient pas eu leur train. Il est donc allé les chercher quand les autorités sont arrivées. Mais ses justifications n'ont pas semblé suffire aux enquêteurs, qui ont prolongé sa garde à vue jusqu'à ce vendredi soir. D'après Me Zia Oloumi, son client souhaite désormais s'entretenir avec le procureur, notamment pour avoir accès au dossier. D'après l'avocat, la prolongation semble être une atteinte à ses libertés alors que «les enquêteurs continuent de poser les mêmes questions que lors de la première garde à vue».
Celui qui revendique «une action politique», a comparu le 4 janvier à Nice pour aide à l'entrée, au séjour et à la circulation d'étrangers en situation irrégulière. Le procureur avait alors requis huit mois de prison avec sursis à son encontre. Le jugement est attendu le 10 février.

SOLIDARITÉ AVEC LES CITOYENS SOLIDAIRES DES RÉFUGIÉS !
https://www.change.org/p/solidarit%C3%A9-avec-les-solidaires
   
(20-01-2017 - avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Construire l’avenir, ça commence dès maintenant


Le moins que l’on puisse dire est que le bilan catastrophique du quinquennat ternit quelque peu la primaire socialiste.
Manuel Valls tente de se relooker en allant jusqu’à déclarer notamment vouloir supprimer le 49/3, lui qui en a tant usé et abusé. Mais il peine à convaincre, oscillant entre une posture rassembleuse peu crédible et sa vraie nature, autoritaire.
Même les candidats socialistes les plus à gauche ont du mal à susciter l’enthousiasme tant ils sont mêlés aux choix de ce quinquennat. Ils ont certes, critiqué et finalement «quitté le bateau» avant le complet naufrage mais ils portent malgré eux, la marque d’un parti socialiste éclaté, mouvant, à qui l’on ne peut pas faire confiance.
Quel que soit le vainqueur de cette primaire, de moins en moins de personnes pensent que le parti socialiste incarne l’avenir de la gauche. D’autant que tous ces «leaders» devront, in fine, se rallier à l’heureux gagnant, même si c’est Manuel Valls... On voit le piège!
Comment les «frondeurs» socialistes et les militants sincères de ce parti, peuvent-ils envisager un tel scénario sans être discrédités aux yeux de ceux qui leur ont fait confiance? Ils espèrent que seront choisis Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon... C’est donc dans ce pari risqué que se situerait l’espoir? On peut en douter.
D’autant que deux écueils se dressent face à cette stratégie hasardeuse : l’indiscutable dynamique impulsée par Jean-Luc Mélenchon et l’irruption de Macron qui, dans ce galimatias, tente de poursuivre -au nom de la gauche- les transformations ultra libérales de la société en utilisant d’autres ressorts, ceux de la nouveauté et de la modernité.
Il a l’air d’être un homme neuf et de proposer des voies nouvelles alors qu’il prône en réalité, les habituelles recettes patronales. Ces nouveaux atours dont il se pare, ne sauraient nous faire oublier qu’il est le grand inspirateur des pires dispositions contre les salariés de ce pays, depuis la loi qui porte son nom, jusqu’à la loi El Khomri dont on sait qu’il est le véritable auteur.
Décidément, il y a vraiment besoin de faire du neuf et qu’on le veuille ou non, c’est Jean-Luc Mélenchon avec sa démarche de la France Insoumise qui -même imparfaite- porte la nouveauté, non pas celle d’un homme providentiel, mais l’espoir de construire une autre société en redonnant le pouvoir au peuple.
Ne doutons pas que ce dernier saura se faire respecter et que les citoyens impulseront des exigences nouvelles, notamment en terme de démocratie.
Quoiqu’il arrive en mai et juin prochain, à l’issue de cette séquence électorale, l’histoire ne s’arrêtera pas.
Restera posée la nécessaire résistance sociale qui suppose la construction d’une nouvelle gauche avec toutes celles et tous ceux qui, engagés ou non dans différents mouvements, veulent sincèrement dépasser les vieilles recettes, sortir des sentiers battus, réfléchir, proposer une nouvelle organisation pour la société de demain.
Construire l’avenir, ça commence dès maintenant.

Jacqueline Fraysse,
députée de Nanterre-Suresnes
Janvier 2017

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Jean-Luc Mélenchon à Florange

Le 19 janvier 2017, Jean-Luc Mélenchon tenait une réunion publique à Florange. Il a développé ses propositions en matière d'emploi et de formation professionnelle, en proposant notamment la création d'une filière polytechnique débutant dès le CAP.


L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"  à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )

Les claques

- T'as l'air absorbé...
- je réfléchis
- à quoi?
- Valls... a reçu une claque ou deux?
- une... la vraie, c'est pour plus tard
- ...!?

Roland RICHA
Vendredi, 20 janvier 2017

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

Les exportations d'armements français ont atteint un nouveau record en 2016, à plus de 20 milliards d'euros.

**

L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"  à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :

https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )

jeudi 19 janvier 2017

Rencontre amicale avec "Nanterre insoumise"

Cliquez pour agrandir


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Aide aux migrants: Cédric Herrou replacé en garde à vue


L'agriculteur Cédric Herrou, qui risque déjà huit mois de prison avec sursis pour avoir aidé des migrants à l'automne, a été à nouveau placé en garde à vue ce mercredi soir pour infraction à la législation sur les étrangers, a-t-on appris auprès de son avocat.
"J'ai été appelé pour une garde à vue à Menton, à la gendarmerie", a indiqué à Me Zia Oloumi.
"Les éléments plausibles permettant de le mettre en garde à vue seraient l'aide à l'entrée, au séjour et à la circulation d'étrangers en situation irrégulière", a précisé l'avocat qui n'a pas eu encore accès au dossier.

(19-01-2017 - avec les agences de presse)

SOLIDARITÉ AVEC LES CITOYENS SOLIDAIRES DES RÉFUGIÉS ! https://www.change.org/p/solidarit%C3%A9-avec-les-solidaires
   
     

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Uber

- C'est qui Marcon?
- on s'en fout de qui il est
- mais alors... c'est quoi Macron?
- c'est Uber
- c'est ça être moderne?
- il paraît... puisque ça fonctionne avec un smartphone
- ...!?

Roland RICHA
Jeudi, 19 janvier 2017

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Froid toujours glacial dans la quasi-totalité de la France

Il faudra attendre le week-end du 28 janvier pour retrouver des températures saisonnières. (Afp)

Le froid s'installe jeudi en France, avec des températures toujours glaciales malgré le soleil présent presque partout, et il ne devrait pas lâcher prise avant lundi, selon Météo-France.
"On ne peut pas parler de pic, ça va être un plateau", explique Christelle Robert, prévisionniste à l'organisme de prévision.
Les températures minimales pour la journée de jeudi iront de -9 à -5 degrés du Nord et Nord-Est au Sud-Ouest, de -12 à -7 du Massif central aux Alpes et au Jura, de -4 à +2 degrés en Bretagne et près de la Méditerranée.
Les températures négatives, parfois très largement inférieures aux normales saisonnières, observées mercredi et prévues jeudi "vont se maintenir jusqu'à lundi, surtout sur la moitié nord, alors que dans la moitié sud, elle commenceront à remonter un peu plus tôt, dès samedi", ajoute Christelle Robert.
Il faudra attendre le week-end du 28 janvier pour retrouver des températures saisonnières.
Mercredi, à Auch, le mercure est tombé à -7, contre -3,7 mardi. Il a gelé à Brest où la température a chuté de 7 à -2,9.
Ailleurs, les températures négatives se sont multipliées: -19,3 à Arbent (Ain), soit environ 17 degrés en dessous des normales, -12 contre -6 mardi à Aurillac (Cantal), -19 à Valdrôme (Drôme), -18 à Chamonix, -13 à Saint-Julien (Jura) ou à Luxeuil (Haute-Saône).
Les autorités affichent leur vigilance: François Hollande a présidé mercredi une réunion ministérielle sur "la mise en ?uvre du plan grand froid", en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve et de Ségolène Royal (Environnement), Emmanuelle Cosse (Logement), Marisol Touraine (Affaires sociales) et Bruno Le Roux (Intérieur).
Bernard Cazeneuve a indiqué à l'issue de la réunion que "130.000 places" d'hébergement étaient "mobilisées pour assurer la mise à l'abri de tous ceux qui doivent l'être sur le territoire national".
Plus de 3.400 places d'hébergement dites "exceptionnelles" ont été ouvertes ces derniers jours, a précisé à l'AFP la ministre du Logement Emmanuelle Cosse.
La vague de froid n'entraînera pas de coupures d'électricité, a assuré Ségolène Royal, "malgré l'indisponibilité de six réacteurs nucléaires".
L'approvisionnement électrique sera suffisant jeudi pour répondre à une consommation de courant qui devrait atteindre un sommet depuis le début de l'hiver, a indiqué le gestionnaire du réseau français à haute tension RTE.
La vague de froid fait cependant des heureux: "on fait des records de ventes de pièces thermorégulantes Thermolactyl (chaussettes, sous-vêtements, bonnets, gants, doudounes?)", a affirmé l'entreprise roubaisienne Damart à l'AFP. "On est sur des pics de 40.000 pièces achetées par jour (magasin, catalogue et site internet) en France, soit des ventes multipliées par huit par rapport à la moyenne."

(19-01-2017 - avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Banalisation criminelle

Cliquez pour agrandir
Des policiers israéliens répriment un rassemblement contre la démolition des maisons des bédouins Palestiniens du village d'Umm Al-Hirann le mercredi 18 janvier 2017. (Photo Afp)

- Dis-moi...
- oui?
- t'as des infos sur la rencontre de basket "Nanterre 92 / Bnei Herzliya"?
- 109 à 71
- je veux dire... y a-t-il eu une quelconque protestation contre cette rencontre?
- pourquoi fallait-il protester?
- ...!?

Roland RICHA
citoyen de Nanterre
Jeudi, 19 janvier 2017

"Non au terrorisme d’État d’Israël" :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com
     

Contradiction du jour

Pitoyables, les 7 candidats de la primaire du Ps tentent de recoller les morceaux d'une "belle alliance" en lambeaux.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

mercredi 18 janvier 2017

Un jour ordinaire

Une habitante d'Umm Al Hiran s'adresse aux policiers de la force d'occupation israélienne lors d'une opération de démolition de maisons le 18 janvier 2017. (Afp)

- Le jour de la rencontre de basket à Nanterre entre l'équipe de Nanterre 92 et l'équipe israélienne de Bnei Herzliya, a eu lieu la démolition de maisons palestiniennes au village d'Umm Al Hiran
- qui s'en est indigné ou a protesté?
- à Nanterre... aucune association ni organisation politique ni aucun élu
- et à Umm Al Hiran?
- tous les habitants et... l'enseignant du village a été tué
- ...!?

Roland RICHA
citoyen de Nanterre
Mercredi, 18 janvier 2017

"Non au terrorisme d’État d’Israël" : http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael



Soirée boycott

"N'allez pas assister à cette rencontre qui participe à la banalisation des injustices commises contre le peuple Palestinien dans sa lutte pour la reconnaissance de ses droits historiques et légitimes." (NanterreReseau)

- Tu fais quoi ce soir?
- soirée basket
- qui c'est qui joue?
- Nanterre contre une équipe d'Israël
- sans moi
- pourquoi?
- ça... ce n'est plus du jeu
- ...!?

Roland RICHA,
citoyen de Nanterre.
Mercredi, 18 janvier 2017

Le mercredi 18 janvier 2017 à 20h.30, au palais des sports de Nanterre (136 Avenue Frédéric et Irène Joliot Curie - Tel: 01 41 37 19 00) a lieu une rencontre sportive de Basket entre le "Nanterre 92" et l'équipe israélienne de "Bnei Herzliya", dans le cadre de la 6ème journée de la Fiba Europe Cup.


Pétition
à Monsieur le Maire de Nanterre

        Signez cette pétition citoyenne.

"Hissons le drapeau de la Palestine sur le fronton de la Mairie"
https://www.change.org/p/le-maire-de-nanterre-hissons-le-drapeau-de-la-palestine-sur-le-fronton-de-notre-mairie?recruiter=311161049&utm_source=share_for_starters&utm_medium=copyLink
    

Contradiction du jour

Huit personnes détiennent autant que la moitié de la population mondiale.

**

L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"  à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :

https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )

mardi 17 janvier 2017

Le sens d'un boycott

Le mercredi 18 janvier 2017 à 20h.30, au palais des sports de Nanterre (136 Avenue Frédéric et Irène Joliot Curie - Tel: 01 41 37 19 00) a lieu une rencontre sportive de Basket entre le "Nanterre 92" et l'équipe israélienne de "Bnei Herzliya", dans le cadre de la 6ème journée de la Fiba Europe Cup.

- Je me souviens du temps de ma jeunesse
- tu te souviens de quoi?
- du régime d'apartheid en Afrique du sud et de la campagne mondiale de boycott qui a contribué fortement à le faire tomber
- et alors?
- aujourd'hui... ça doit être pareil avec Israël
- pour faire tomber quoi?
- ...!?

Roland RICHA,
citoyen de Nanterre.
Mardi, 17 janvier 2017

Signez et faites signer cette pétition:
Pour hisser le drapeau de la Palestine au fronton de la mairie de Nanterre
https://www.change.org/p/le-maire-de-nanterre-hissons-le-drapeau-de-la-palestine-sur-le-fronton-de-notre-mairie?

Les allocations chômage versées en 2016 ont baissé

L'allocation est passée, depuis 2015, de 80 % à 75 % de l'ancien salaire.

Le montant des allocations chômage a légèrement reculé (- 0,3 %) début 2016, à une moyenne de 1 159 euros brut mensuels, essentiellement à cause de la baisse de l'indemnisation des licenciés économiques, selon une étude de Pôle emploi publiée mardi. L'allocation moyenne s'établissait en mars 2016 à 1 159 euros brut pour les ex-salariés à temps complet ou temps partiel, contre 1 162 euros un an plus tôt. En moyenne, les demandeurs d'emploi indemnisés touchaient 58,4 % de leur ancien salaire (- 0,3 pt).
Quant à l'allocation médiane - 50 % touchent plus, 50 % touchent moins -, elle reste stable à 1 048 euros.

Indemnisation inférieure pour les femmes
La baisse de l'allocation moyenne est principalement due à un recul de l'indemnisation des licenciés économiques bénéficiant d'un contrat de sécurisation professionnelle (CSP), dont l'allocation moyenne a baissé de 3,9 %, de 1 765 à 1 697 euros. Créé en 2011, le CSP offre aux licenciés économiques une allocation et un accompagnement renforcé vers l'emploi, pour une durée d'un an. L'allocation est passée, depuis 2015, de 80 % à 75 % de l'ancien salaire. Hors formation et CSP, l'allocation moyenne des demandeurs d'emploi connaît une légère hausse (+ 0,3 %), de 1 143 à 1 147 euros.
Quant aux seuls ex-salariés à temps complet, leur allocation moyenne est restée stable à 1 292 euros. Enfin, les femmes continuent de toucher une indemnisation inférieure à celle des hommes, de 1 035 euros contre 1 283 euros, soit un écart de près de 20 %.

(17-01-2017 - avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Boycott Israël

Cliquez pour agrandir

Pétition
"Non au terrorisme d’État d’Israël" : http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael
     


Contradiction du jour

Audience en chute libre pour le deuxième débat de la primaire socialiste.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Grand froid : la ville de Nanterre agit pour les personnes sans abri et appelle à la vigilance et à la solidarité


La vague de froid qui touche l’ensemble du pays constitue un danger particulier pour les personnes vulnérables, en particulier pour celles et ceux qui sont sans abri. C’est pourquoi, pour faire face à cette situation difficile, la ville de Nanterre met en oeuvre plusieurs mesures complémentaires au dispositif de l’Etat.
Dans ce cadre, la Ville de Nanterre a mandaté l’association CAARUD pour aller à la rencontre des personnes qui vivent dans la rue et les accompagner dans leur démarche, et en tout premier lieu dans la recherche d’un hébergement d’urgence.
Des actions du même type sont également menées à Nanterre par la Croix Rouge, l’Ordre de Malte et Emmaüs.
La Ville de Nanterre a également convenu avec le centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH) de la mise à disposition de places supplémentaires d’hébergement en cas de nécessité.
Cette mobilisation de l’ensemble des acteurs publics et associatifs doit s’accompagner d’une vigilance de la population afin que personne ne dorme dans la rue. Dans cet esprit de solidarité, la ville de Nanterre invite chaque citoyenne et citoyen à signaler toute situation à risque en contactant le 115, qui fonctionne 24h/24 et 7 jours sur 7.

(17-01-2017 - Ville de Nanterre)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr