vendredi 3 février 2017

Pour un authentique rassemblement


Ça y est, le verdict définitif est tombé: Manuel Valls est nettement et sévèrement «remercié», Benoît Hamon est désigné -certes avec moins de participation que lors des primaires de 2012- comme candidat à la présidence de la République pour le parti socialiste.
Une bonne nouvelle : de plus en plus de citoyens font connaitre leur volonté de rompre avec les choix politiques et les trahisons de François Hollande et de ses amis, élargissant ainsi les possibilités et potentialités d’un rassemblement victorieux des forces de progrès.
Portés par l’enthousiasme du moment, certains demandent déjà à Benoît Hamon et aux autres candidats appelant à remettre en cause le libéralisme destructeur de nos sociétés, de se rapprocher en vue d’une candidature commune.
C’est une belle idée, celle dont nous rêvons tous, persuadés que nous sommes -et nous avons raison- que les vrais changements ne peuvent passer que par le rassemblement du peuple dans ses différentes composantes et sensibilités.
Mais pour quel gouvernement partagé ? Sur quels objectifs et dans le cadre de quel processus ?
Les primaires, présentées comme un renouvellement moderne de la démocratie alors qu’elles ne font que renforcer l’idée d’un homme providentiel, ont confirmé ce que nous savions déjà, les querelles au sein du Parti socialiste et la cynique remise en cause de : «on s’explique d’abord, on vote ensuite, puis tout le monde se rallie au panache du gagnant...»
Que constatons-nous à l’arrivée ? Le contraire: certains socialistes décident de rejoindre Macron, d’autres comme le 1er ministre Bernard Cazeneuve exigent, pour éventuellement soutenir l’heureux élu, qu’il change son programme et salue l’action de F. Hollande, d’autres encore attendent pour tomber du bon côté.
Benoît Hamon affiche sa main tendue aux autres candidats progressistes, mais déclare dans le même temps: « j’irai jusqu’au bout, il y aura un bulletin de vote Benoit Hamon à l’élection présidentielle ».
Il est donc, comme tous les dirigeants ordinaires des différents partis, d’accord pour le rassemblement à condition que ce soit autour de lui, pour le faire élire lui.
Cette conception du rassemblement, je la connais bien à tous les niveaux. Elle vise à garder les mêmes pour ne rien changer et en tout état de cause, elle ne risque pas de rassembler... C’est pourquoi je la combats d’où qu’elle vienne.
De plus, quel que soit le président élu, les députés devront se prononcer à l’Assemblée nationale : ainsi, lors de la dernière législature, la majorité socialiste a remis en cause la protection des salariés dans le code du travail, imposé le travail du dimanche, asphyxié nos hôpitaux publics...
D’où cette question essentielle: quels seront les candidats présentés par le Parti Socialiste pour composer la future Assemblée sous l’étendard de Benoît Hamon?
Manuel Valls député à Evry ? Myriam El Khomri députée de Paris ? elle serait donc invitée par Benoit Hamon à voter l’abrogation de la loi Travail qu’elle a défendue jusqu’au bout...
Tout cela n’est pas clair et même, pour tout dire, très ambigu ! Une fois de plus, la porte serait ouverte à toutes les «navigations à vue» et autres reniements.
Sans parler du spectacle lamentable que nous offrent les Sarkozy, Guéant, Le Pen et Fillon ! Non contents de revendiquer les plus hautes responsabilités pour pressurer celles et ceux qui ne vivent que du fruit de leur travail, ils en profitent pour s’enrichir personnellement, eux et leur famille, avec les deniers publics.
Pendant ce temps, par-delà toutes ces « cuisines entre amis », l’immense majorité de nos concitoyens n’en peut plus de la vie qui lui est faite et exige légitimement de pouvoir intervenir pour la changer.
Cette exigence est urgente, juste, possible et nécessaire. Jean-Luc Mélenchon a raison d’affirmer qu’il est temps de «sortir» tout ce monde-là, de changer de système pour redonner du pouvoir au peuple.
On peut certes formuler remarques et reproches à l’égard de cet homme qui -comme vous et moi- n’est ni un messie, ni exempt de défauts, mais il est évident qu’il est le seul à s’être engagé depuis 2012 et dans cette campagne depuis des mois, sur des objectifs clairs, immédiatement à l’ordre du jour: France Insoumise cherche à mobiliser le plus possible, à faire participer le plus grand nombre à ses travaux et veut présenter des candidatures renouvelées.
Tout n’est pas parfait, c’en est loin et l’essentiel reste à faire, y compris pour la prochaine législative.
De multiples expériences se mènent, de nouveaux chemins se défrichent pour construire une nouvelle République qui passe par un rassemblement respectueux de toutes les diversités, débarrassé des pressions et manoeuvres diverses.
Un rassemblement authentique d’hommes et de femmes sincères traçant et bâtissant concrètement la société dans laquelle ils veulent vivre.

Jacqueline Fraysse,
Députée de Nanterre-Suresnes
Février 2017

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr