samedi 31 décembre 2016

Dépassements d'honoraires : vers une explosion des prix en clinique


Attention aux dépassements d'honoraires qui pourraient coûter cher aux patients. Le magazine 60 Millions de consommateurs s'est penché sur les changements à venir dans les remboursements des complémentaires santé. En effet, à partir du 1er janvier, ces remboursements vont être plafonnés. Dans le cadre des « contrats responsables », les mutuelles avaient déjà abaissé leurs remboursements à 125 % du tarif de la Sécurité sociale en avril 2015. Au 1er janvier, elles ne rembourseront plus que 100 % de ce tarif.
Cela va toucher les actes médicaux avec dépassements d'honoraires, ce qui est le cas dans de nombreuses cliniques privées, la part restante à payer par le patient va donc augmenter. 6 0 Millions de consommateurs s'est appuyé sur les données de l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation pour réaliser une étude en partenariat avec le site 66 Millions d'impatients du Collectif interassociatif sur la santé. Et selon cette étude, en 2015, ce sont quatre millions des 14,5 actes médicaux réalisés en clinique qui ont été facturés au-dessus du tarif de la Sécurité sociale. Depuis 2011, le montant total des dépassements en cliniques a augmenté de 30 % pour atteindre près de 867 millions d'euros en 2015.
Le magazine pointe aussi du doigt les disparités entre les opérations et entre les régions. Parmi les dix opérations les plus pratiquées en clinique, 60 Millions de consommateurs relève que sept d'entre elles ont un « dépassement moyen à 100 % », les plus gros dépassements étant engendrés par l'extraction de varices, la libération du nerf carpien et l'opération du ligament croisé du genou. Les dépassements sont aussi plus fréquents et plus élevés à Paris ou à Lyon qu'à Nantes ou à Poitiers. Pour éviter des factures trop salées, il faut donc se renseigner avant l'opération, le site de l'Assurance maladie met à disposition un annuaire pour trouver les praticiens en secteur 1 ou ceux ayant signé le CAS, contrat d'accès aux soins, qui pratiquent des dépassements d'honoraires modérés.

L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"
à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )          

Contradiction du jour

Le chef de l'État et son Premier ministre ne soutiendront aucun candidat lors de la primaire du Ps et de ses alliés.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

vendredi 30 décembre 2016

Revue de la semaine de Jean-Luc Mélenchon

Dans ce 12e épisode de la revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient rapidement sur le déplacement en Martinique et en Guadeloupe ainsi que sur le programme, les livres qui sortiront prochainement et youtube. Il parle ensuite de sa demande de repousser la date limite d'inscription sur les listes électorales. Puis il aborde deux affaires concernant la justice : l'affaire Jacqueline Sauvage et l'affaire Lagarde. Il intervient sur la question des conditions de travail misérables auxquelles sont confrontées de plus en plus de gens, en attestent les cas de la caissière du Auchan de Tourcoing qui a fait une fausse couche à sa caisse et celui d'Emeline Broequevielle, salariée de la poste qui a fait un AVC. Enfin, Jean-Luc Mélenchon termine en appelant les gens à aller voter aux élections professionnelles qui se déroulent jusqu’au 12 janvier, puis il aborde le cadeau de Noël de 6 millions d'euros que Carlos Ghosn s'est fait en cette fin d'année.



Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     
L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"
à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )
         

jeudi 29 décembre 2016

Pic de pollution à Paris, stationnement gratuit

La tour Eiffel et au premier plan les immeubles du quartier de Beau Grenelle à Paris pris dans un halo de pollution, le 28 décembre 2016 (Afp)

Le stationnement résidentiel sera gratuit jeudi à Paris en raison d'un épisode de pollution atmosphérique, a annoncé la Ville de Paris dans un communiqué mercredi.
Airparif, l'association de surveillance de la qualité de l'air en région parisienne, "prévoit demain un nouvel épisode de pollution atmosphérique aux particules, entraînant le déclenchement de la procédure d'information du public", déclare la Ville dans un communiqué.
"En fonction de l'évolution de la situation dans les jours qui viennent, d'autres mesures complémentaires pourront être prises : gratuité d'Autolib', de Velib', etc.", poursuit le communiqué. "La Ville de Paris appelle tous les Parisiens à suivre les messages de prévention et à adapter leurs comportements, en empruntant prioritairement les réseaux de transport en commun, le covoiturage ou l'utilisation de véhicules peu polluants".

L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"
à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )          

mercredi 28 décembre 2016

Listes électorales: grand rush pour s'inscrire avant la présidentielle

Cliquez pour agrandir

Comme chaque fin d'année précédant des échéances importantes, c'est le rush pour s'inscrire sur les listes électorales, avec parfois des records, comme à Paris, et même un "effet Trump", selon des chiffres collectés à travers la France par les bureaux de l'AFP.
"Ces dernières semaines, cela a été le rush habituel des retardataires et de ceux qui réalisent qu'il sera peut-être important de voter", constate, comme dans de nombreuses villes, une employée du service des inscriptions de la mairie de Montpellier.
Selon les chiffres Insee, au premier mars 2016, il y avait 44.834.000 inscrits sur les listes électorales en France, soit 1% de plus qu'en 2012, dernière année présidentielle. Le chiffre exact à la fin décembre ne sera connu qu'en mars 2017, selon le ministère de l'Intérieur.
Dans une note d'analyse, l'Insee constate que des hausses d'inscriptions s'opèrent naturellement avant chaque grosse élection et 2016 n'échappe pas à la règle.
Paris bat même "un record d'inscriptions depuis 1978", indique la mairie. La capitale comptait à la mi-décembre un peu plus d'1,35 million d'inscrits (1,3 million en 1978) pour une population à peu près stable à 2,1/2,2 millions d'habitants.
"Nous avons un corps électoral qui ne cesse de croître cette année", ajoute un porte-parole avec, chaque mois, un nombre d'inscriptions toujours supérieur à ceux de 2011 et 2006, dans les arrondissements de gauche comme de droite.
Paris note même un "effet Trump", le prochain président américain élu le 8 novembre. Comparé à dix jours avant l'élection américaine, les inscriptions sur internet dans la capitale française ont été multipliées par six le 10 novembre, puis par deux ou trois la semaine suivante.
En France, les retardataires pourront encore s'inscrire le 31 décembre jusqu'à 16H00 dans la capitale ou encore jusqu'à 17H00 à Nice.
A Lyon, les inscriptions ont bondi de plus de 30% en cinq ans, en raison sans doute en partie d'un nouveau service en ligne. "Je ne veux pas me dire que je n'étais pas inscrit si le Front national devait passer, ce que je ne souhaite absolument pas", explique Patrick Delarou, 56 ans.
Rush aussi de fin d'année et "effet Trump" à Clermont-Ferrand, dit Vincent Chambaud, chargé des élections: "Lors de l'élection américaine, on a vraiment senti un effet immédiat, comme lors de la primaire de la droite."
"Suite aux élections américaines, qui ont pris une tournure que je n'aurais jamais imaginée, je me dis qu'une situation semblable pourrait arriver ici", souligne également Noémie, une Franco-Canadienne qui vient de s'inscrire à Toulouse pour la première fois.
Dans la Ville rose, il y a eu au cours du mois de décembre, "autant voire plus" de demandes d'inscriptions, de mutations ou de radiations qu'au cours de l'année entière, selon Sacha Briand, adjoint au maire en charge des élections.
Tout s'accélère aussi à Rennes, Strasbourg, Calais ou Lille. "Selon nos calculs", dit Marie-Annick Le Thiec, directrice des prestations administratives à la population rennaise, "plus de 50% des inscriptions de l'année sont en train de se faire".
"Le fait que nous invitions chaque personne qui vient établir un passeport ou une carte d'identité à s'inscrire en même temps sur les listes électorales peut expliquer, en partie, cette augmentation", dit Marie-Lyse Perche, responsable du service élections à Calais, "mais il est indéniable que depuis quelques semaines les demandes sont plus fortes".
A Nanterre (Hauts-de-Seine), l'"effet primaire" a joué, dit un porte-parole de la mairie. Il pense également que "les gens se disent peut-être que le processus électoral est le plus efficace" après l'absence de résultats de mouvements comme "Nuit Debout".
Il y a quand même en France 3 millions de non-inscrits et 6 millions de "mal-inscrits", qui n'habitent pas dans leur ville d'inscription, déplore la députée PS Élisabeth Pochon, auteure d'une loi avec Jean-Luc Warsmann (Les Républicains) pour moderniser l'inscription.
Mais "c'est la dernière fois que la date butoir est le 31 décembre en France" pour la présidentielle, dit-elle. A partir de 2019, les listes ne seront closes que 36 jours avant chaque scrutin. "L'envie de voter vient quand la campagne bat son plein", se félicite-t-elle.


mardi 27 décembre 2016

Île-de-France : les transports gratuits pour le nouvel an


Les transports en commun seront gratuits dans toute l'Île-de-France du 31 décembre à 17 heures au 1er janvier 12 heures, a annoncé le Syndicat des transports d'Île-de-France (Stif) mardi dans un communiqué. « Dix lignes de trains-RER, 6 lignes de métro et de nombreuses lignes de bus [Noctiliens et circuits spéciaux] fonctionneront cette nuit-là », indique le communiqué. À la fin du service habituel, six lignes de métro continueront à desservir certaines stations : les lignes 1, 2, 4, 6, 9 et 14. Les RER C et D circuleront toute la nuit dans le sens Paris-banlieue, et les lignes A et B rouleront dans les deux sens, desservant dans tous les cas toutes les gares de leur parcours.
Quant au réseau Noctilien, il « sera adapté cette nuit-là en fonction des contraintes de circulation, des périmètres de sécurité et en complément du réseau ferré », précise le Stif. Les lignes de rocade N01 et N02, et les lignes traversantes (N11 à N16) ne circuleront pas. Les lignes au terminus Châtelet seront déplacées : les N21 et N122 à Gare Montparnasse, N22 à Place d'Italie, N23 à Gare de l'Est et N24 à Gare Saint-Lazare. Pour se rendre en Seine-Saint-Denis, les lignes 601 et 617 fonctionneront également la nuit de la Saint-Sylvestre. Un petit guide est disponible dans les gares et stations et sur le site du Stif.

(27-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

"Inscris-toi !"

Le 31 décembre, c'est la date limite d'inscription sur les listes électorales alors n'oubliez pas de vous inscrire si ce n'est pas fait ou de vérifier que vous êtes bien inscrit.e.s !

- Bonjour m'dame
- bonjour monsieur
- je viens m'inscrire sur la liste électorale
- faut prendre un numéro
- et après?
- vous attendez qu'il s'affiche
- et après?
- ...!?

Roland RICHA
Mardi, 27 décembre 2016




lundi 26 décembre 2016

Une caissière d'Auchan demande une enquête après une fausse couche

"Quand je me suis levée, j'ai vu que mon fauteuil était blindé de sang, puis je suis allée aux toilettes, j'étais un robinet de sang". C'est un pompier qui a ramassé le foetus tombé dans la cuvette.

Une caissière d'un supermarché Auchan City à Tourcoing (Nord) a demandé au Comité d'hygiène et de sécurité de l'entreprise (CHSCT) de diligenter une enquête après sa fausse couche sur son lieu de travail, une demande à laquelle l'union locale CGT a apporté lundi son soutien.
"Quand la caissière a annoncé à sa chef qu'elle était enceinte, il n'y a eu aucune prise en considération de ce changement. A plusieurs reprises, elle s'était manifestée auprès de ses responsables sur des douleurs, mais il n'y a personne qui a réagi", a regretté Habib Hamdoud, délégué syndical CGT à Auchan City, lors d'une conférence de presse à l'Union locale de Tourcoing.
Le 22 novembre, cette jeune femme de 23 ans, qui est en contrat de professionnalisation dans ce magasin depuis le 1er novembre, a ressenti de "violentes douleurs" au ventre.
"J'ai prévenu mes responsables, j'ai demandé à plusieurs reprises d'aller aux toilettes, mais personne ne m'a permis. J'ai continué à travailler, mais à un moment, j'en pouvais plus, alors j'ai pris la décision de fermer la caisse", a relaté la caissière alors enceinte de trois mois.
"Quand je me suis levée, j'ai vu que mon fauteuil était blindé de sang", puis "je suis allée aux toilettes, j'étais un robinet de sang. C'est un pompier (appelé par la sécurité NDLR) qui a ramassé le foetus tombé dans la cuvette", poursuit la salariée qui est actuellement en arrêt maladie.
Le 22 novembre, "dès que sa hiérarchie a été informée du problème rencontré par l'hôtesse, elle a alerté les secours et l'hôtesse a été prise en charge rapidement", a assuré l'entreprise dans un communiqué, affirmant que la salariée n'avait pas sollicité de pause.
Dans un courrier adressé à la direction d'Auchan City daté du 20 décembre et dont l'AFP a obtenu copie, la caissière écrit avoir été "meurtrie" par "cette absence manifeste d'empathie et de compassion" de sa direction.
Elle lui demande de remplir "une attestation d'accident du travail" et de "régulariser" sa fiche de paie du mois de novembre affirmant "qu'une semaine de travail effectif" lui a été déduit sur son bulletin de salaire.
"L'ensemble des sommes dues ont été versées" et Auchan n'"a reçu l'avis d'arrêt maladie et l'avis d'accident de travail que tardivement. Dès que nous les avons reçus, nous avons traité le sujet", a répondu la direction.
"Une plainte devrait être déposée dans les jours à venir" par la caissière, a affirmé Me Ioannis Kappopoulos, l'avocat de la CGT.
Dans ce même supermarché, une caissière avait été licenciée en juillet pour, selon la CGT, "un préjudice de 85 centimes d'euros", puis finalement réintégrée.

(26-12-2016 - Avec les agences de presse)

L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"
à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )
         

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

vendredi 23 décembre 2016

Grippe aviaire: 47 foyers recensés dans des élevages en France

Carte de France avec le nombre de foyers (sauvages et élevages)de grippe aviaire par département (Afp)

La France compte désormais 47 foyers de grippe aviaire dans des élevages de volaille du sud-ouest, contre 32 mardi dernier, le nombre de cas recensés dans la faune sauvage étant passé par ailleurs de 4 à 5, selon un nouveau décompte du ministère de l'Agriculture vendredi.
Les 47 foyers dans des élevages sont répartis dans sept départements du sud-ouest: les Landes (3 foyers, pas d'évolution), le Tarn (7 foyers, pas d'évolution), le Gers (26 foyers, +13), le Lot-et-Garonne (5 foyers, pas d'évolution), les Pyrénées-Atlantiques (2, pas d'évolution), les Hautes-Pyrénées (2, +1), et l'Aveyron (2, +1).
Dans la faune sauvage, un nouveau cas a été découvert depuis mardi, dans la Manche, ce qui porte à cinq le nombre de cas signalés à ce jour, dans un total de quatre départements, dont la Haute-Savoie (2 cas), le Pas-de-Calais (1) et le Tarn (1).
Selon la plateforme ESA d'épidémiologie en matière de santé animale en Europe, 13 pays européens, dont la France, sont touchés par le virus H5N8 véhiculé par les oiseaux-migrateurs.
Le nombre total de foyers et de cas notifiés, selon cette plateforme, est de 406, dont 245 au sein des oiseaux sauvages, 155 en élevage, et 6 au sein d'oiseaux en captivité. Le pays le plus touché pour l'élevage étant la Hongrie avec 120 foyers.

(23-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

États-Unis : Impliquée dans la crise des subprimes, la Deutsche Bank  paiera 3,1 milliards d'amende, plus 4,1 milliards d'allègements aux clients.



L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"
à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )
         

jeudi 22 décembre 2016

Contradiction du jour

Ouverture dominicale: nouvel échec des négociations au Printemps.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

mercredi 21 décembre 2016

Les salariés à temps complet travaillent 39 heures par semaine

En France, la durée légale hebdomadaire s'élève à 35 heures. Les heures travaillées au-delà de ce seuil sont considérées comme des heures supplémentaires, qui doivent être compensées par une rémunération majorée ou par des jours de RTT.

Les salariés à temps complet ont travaillé en moyenne 1.652 heures au cours de l'année 2015, soit 39,1 heures par semaine si l'on retire les congés et jours fériés, selon une étude publiée mercredi par le ministère du Travail.
Au cours d'une semaine normale, c'est-à-dire sans événement exceptionnel (jour férié, congé, maladie...), les salariés à temps complet déclarent 39,1 heures de travail hebdomadaire, selon la Dares, le service des statistiques du ministère. Cette "durée habituelle hebdomadaire" est stable par rapport à 2014. Elle avait grimpé de 38,9 à 39,5 heures entre 2003 et 2011, avant de décroître à partir de 2012.
En France, la durée légale hebdomadaire s'élève à 35 heures. Les heures travaillées au-delà de ce seuil sont considérées comme des heures supplémentaires, qui doivent être compensées par une rémunération majorée ou par des jours de RTT.
Les hommes à temps complet (39,7) déclarent plus d'heures que les femmes à temps complet (38,2).
Ce sont les cadres et professions intellectuelles supérieures qui déclarent travailler le plus, avec 43,2 heures hebdomadaires. Une partie d'entre eux relève d'un régime de forfait en jours, où le temps de travail n'est pas comptabilisé en heures hebdomadaires mais en jours travaillés dans l'année.
Les professions intermédiaires (38,4), les employés (37,9) et les ouvriers (37,7) déclarent des durées moins longues.
Par ailleurs, les salariés du public (hors enseignants) et du privé déclarent la même durée de travail hebdomadaire, 39,1 heures, mais sur l'année, ceux du privé travaillent en moyenne 16 jours de plus que leurs collègues du public (215 jours contre 199). La "durée annuelle effective" du travail est, par conséquent, nettement supérieure dans le privé (1.688 heures contre 1.590).
Tous salariés à temps complet confondus, cet indicateur annuel s'élève en moyenne à 1.652 heures, en baisse par rapport à 2014 (1.664 heures). La "durée annuelle effective" du travail a elle aussi atteint un pic en 2011, à 1.683 heures, avant de reculer à partir de 2012.
Quant aux salariés à temps partiel, ils travaillent en moyenne 23,3 heures hebdomadaires et 976 heures dans l'année.
Les salariés travaillent nettement moins, en moyenne, que les non salariés, qui déclarent 46,4 heures hebdomadaires et 2.100 heures annuelles. La palme revient aux agriculteurs, qui travaillent 53,9 heures par semaine et 2.632 heures (304 jours) par an.

(21-12-2016 - Avec les agences de presse)

L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"
à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )
         

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

Trump considère les attentats en Europe comme un conflit entre religions..

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

mardi 20 décembre 2016

Contradiction du jour

L'ambassadeur russe à Ankara assassiné par un policier turc.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

lundi 19 décembre 2016

Paris part à la chasse aux rats

Un rat sur un muret du square de la tour Saint-Jacques à Paris, le 15 décembre 2016 (Afp)

Ils grouillent aux pieds de la Tour Eiffel. Dans la capitale française, les rats prolifèrent au point que la mairie a lancé des opérations "coup de poing" contre les rongeurs, une action qui ne fait pas l'unanimité.
Pour lutter contre "l'augmentation récente de la présence de rats", la municipalité a fermé ou va fermer plusieurs espaces verts pour y disséminer des appâts. Le parc du Champ-de-Mars, où se pressent d'habitude les touristes pour admirer la Dame de Fer, fait partie des lieux concernés.
"Il était temps!" se réjouit Fabiola, qui habite Paris depuis sa naissance. "J'ai 40 ans et je n'avais jamais vu de rats en plein jour. Avant, ils se cachaient mais là, on les voit se balader tranquillement en plein jour (...) et ça se voit qu'ils sont bien nourris".
Et pour cause, selon Georges Salines, chef du service santé de la mairie de Paris, les rats prolifèrent lorsqu'il y a "abondance de nourriture", "de l'eau et des endroits pour faire des terriers".
Outre le problème des déchets qui attirent les animaux, Georges Salines pointe du doigt "les nourrisseurs compulsifs" de pigeons. "Ils viennent avec des sacs entiers de pain pour le répandre sur la chaussée, ça a fait exploser la population de rats".
C'est la raison pour laquelle la mairie a décidé de fermer certains squares et jardins au public. "Il faut que les rats aient faim" pour manger les appâts, explique-t-il à l'AFP. "Si on les laisse ouverts, il y a trop de gens qui apportent de la nourriture".
Pour les détracteurs de la maire socialiste Anne Hidalgo, le nettoyage des rues est également à blâmer. Surnommant l'édile "Hidalchaos", l'essayiste de droite Serge Federbusch critique "la désorganisation complète et persistante des services du balayage". Pour lui, "l'apparition d'îlots de crasse a favorisé la prolifération des rongeurs".
Quelle qu'en soit la cause, la présence des rats pose un "problème sanitaire", selon la mairie. "Les gens ont peur d'attraper des maladies par les rats. Ca doit être vraiment relativisé. Lorsqu'on garde ses distances par rapport aux rats, on ne risque rien", tempère Georges Salines.
"Les rats n'ont pas plus de bactéries et de virus que nos chiens, chats et perroquets", assure de son côté Pierre Falgayrac, expert de la lutte contre les nuisibles.
Au-delà de l'aspect sanitaire, Georges Salines parle de "nuisance visuelle", susceptible de nuire à l'image de Paris.
"On ne doit pas se faire envahir par ces bestioles, c'est dégoûtant ", estime Amandine, 26 ans, écoeurée de croiser les rongeurs dans un jardin près de chez elle. "A Londres, les écureuils, c'est sympa et joli à voir. Un rat, ça n'a rien de sexy".
Pour d'autres au contraire, le petit animal mérite d'être défendu. Une pétition en ligne, qui n'hésite pas à évoquer un "génocide des rats" a recueilli près de 20.000 signatures. "On tue sans pitié tous ces malheureux", écrit Josette Benchetrit, une militante à l'initiative de ce texte.
Plus mesurée, Lise, une Danoise de 29 ans résidente à Paris, trouve tout de même "dommage que la nature et les gens ne puissent pas cohabiter". "C'est normal qu'il y ait des rats, il y a la Seine à côté, c'est la nature. La nature doit avoir sa place en ville", estime-t-elle.
L'expert Pierre Falgayracil déplore lui aussi un "terrible manque de culture de notre société" sur les rongeurs. Citant le dessin animé Ratatouille, où un rat devient chef d'un célèbre restaurant parisien, il note : "Dans les autres dessins animés, le rat est toujours présenté sous un jour négatif. Il faut que le rongeur soit réhabilité dans l'inconscient collectif".

(19-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

«Pas vu à la télé», Jean-Luc Mélenchon reçoit Christophe Robert

Dans cet épisode de «Pas vu à la télé», Jean-Luc Mélenchon reçoit Christophe Robert, délégué général et porte-parole de la Fondation Abbé Pierre​ pour parler de la pauvreté et de la précarité.


L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"
à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :

https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )
         

Contradiction du jour

Gérard Filoche conteste sa mise à l'écart.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

dimanche 18 décembre 2016

Contradiction du jour

Bernard Accoyer, secrétaire général de LR, a confirmé dimanche la volonté de François Fillon, s'il est élu, de supprimer 500.000 emplois publics en 5 ans, notamment dans la fonction publique territoriale.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"
à la présidence de la république en 2017.

Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )
         

samedi 17 décembre 2016

Gérard Filoche écarté de la primaire du Ps


On connaît les sept candidatures validées par la haute autorité de la primaire du Ps. Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls participeront.
Manquent à cette liste les noms de Gérard Filoche et de Fabien Verdier qui n'ont pas été retenus. Gérard Filoche a annoncé sur Franceinfo son intention de déposer un double recours. Sur BFM TV, il s'est dit « légitime » comme candidat à la primaire pour « défendre le droit du travail ». Il a également lancé sur Twitter un appel aux dons.
« Arrête ton cirque Gérard Filoche. Ce que tu ne supportes pas c'est que la gauche du PS t'ait boycotté! Ils n'ont pas voulu te parrainer point à la ligne! » a de son côté répondu sur Twitter Jean-Christophe Cambadélis.

(17-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

« Avec Mathias, lycéen à Bourg-en-Bresse. Il rejoint sa mère expatriée en Guadeloupe pour Noël. Décollage imminent pour les Antilles. » Emmanuel Macron

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

vendredi 16 décembre 2016

La circulation alternée reconduite samedi 17 décembre à Paris et en proche banlieue

Plus de 50 microgrammes de particules par m3 d’air
Cliquez pour agrandir

La préfecture de police a décidé de reconduire la circulation alternée à Paris et dans vingt-deux communes de la petite couronne, samedi 17 décembre. Seuls pourront circuler les véhicules ayant une plaque d’immatriculation impaire et tout véhicule transportant plus de trois passagers, quelle que soit sa plaque.
Les transports en commun seront gratuits, comme c’était le cas vendredi, où la circulation alternée avait déjà été appliquée.
L’organisme de surveillance de la qualité de l’air, Airparif, prévoit pour samedi la poursuite du pic de pollution aux particules PM10 à Paris et alentour, avec un nouveau dépassement du « seuil d’information » du public (soit plus de 50 microgrammes de particules par m3 d’air).
La capitale, qui a subi au début de décembre un pic de pollution hivernal inédit depuis dix ans par sa longueur et son intensité, a bénéficié de quelques jours de répit avant le retour jeudi d’un nouvel épisode. Jeudi, le « seuil d’information » a été dépassé, avec des concentrations maximales constatées de 60 µg/m3. Airparif prévoit qu’il sera de nouveau franchi vendredi et samedi.

(16-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH) de Nanterre
Déclaration de Patrick Jarry, Maire de Nanterre et conseiller départemental des Hauts-de-Seine

Lors de l'une des nombreuses mobilisations en faveur du Centre d’accueil et de soins hospitaliers.
(Photo archives)
Cliquez pour agrandir

Patrick Jarry, maire de Nanterre, se réjouie de l’adoption le 14 décembre par l’Assemblée nationale, dans le cadre du projet de loi sur le statut de Paris et l’aménagement métropolitain, de deux dispositions importantes pour l’avenir du Centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH) de Nanterre en général et de l’hôpital Max Fourestier en particulier. Pour autant, l’avenir de l’établissement n’est pas encore assuré.
Les deux dispositions confirmées par l’Assemblée nationale prévoient d’une part le transfert au CASH de la propriété des terrains et locaux occupés par l’établissement, et d’autre part, la présidence par le maire de Nanterre de son conseil d’administration. Ces avancées sont essentielles pour le devenir du CASH dont, historiquement, les locaux et terrains étaient jusque-là propriété de la ville de Paris et le conseil d’administration présidé par le préfet de police de Paris. Elles n’ont été possible que grâce à un travail en commun menée entre les villes et à l’engagement d’Anne Hidalgo, maire de Paris, à qui Patrick Jarry entend rendre hommage.
Créé en 1887 sur un terrain légué à la ville de Paris, le CASH de Nanterre a d’abord été une prison accueillant les mendiants de la capitale. C’est la mobilisation tout au long du XXème siècle des élus, des médecins, des syndicats et des associations qui lui aura permis de s’extraire pied à pied, à l’issu d’un processus long et difficile, de ce statut d’exception et de cette vocation carcérale.
Un pas décisif est franchi avec ce vote du Parlement. Le transfert de propriété constitue une étape cruciale pour la modernisation des installations en permettant de regrouper toutes les activités hospitalières de proximité et d’insérer l’établissement dans la ville, l’ensemble de ces travaux pouvant dorénavant être en partie financés par des constructions immobilières dans les emprises ainsi libérées.
Demain, c’est un hôpital plus ouvert sur le quartier et présidé – comme la grande majorité des établissements publics de santé – par le maire de la ville, mieux à même de faire valoir les intérêts sanitaires de ses habitants, qui doit s’affirmer comme établissement public de proximité pour les 200 000 habitants de son bassin de vie.
Pour autant, l’avenir du CASH est encore loin d’être assuré, car c’est toujours l’Agence régionale de santé qui tient les cordons de la bourse et qui délivre les autorisations pour les différents services.
Patrick Jarry entend cependant tout mettre en oeuvre pour que le CASH ne redevienne pas le lieu de relégation qu’il a été et pour défendre et promouvoir l’hôpital.

(16-12-2016 - Ville de Nanterre)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

Près des deux tiers des salariés français se disent opposés à la suppression des 35 heures, et la plupart sont hostiles à une augmentation du temps de travail sans compensation salariale.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

jeudi 15 décembre 2016

Pollution à Paris: circulation alternée et transports en communs gratuits le vendredi 16 décembre

Brouillard de pollution le 8 décembre 2016 à Paris

La circulation alternée sera de nouveau instaurée vendredi à Paris et dans 22 communes de la petite couronne en raison de la pollution aux particules fines et au dioxyde d'azote, et les transports en commun d'Ile-de-France seront gratuits, ont annoncé jeudi les autorités.
Vendredi, seuls les véhicules dont le numéro sur la plaque d'immatriculation est pair pourront circuler, ainsi que ceux qui font du covoiturage ou bénéficient d'une des nombreuses dérogations, a précisé Marc Meunier, secrétaire général de la zone de défense et de sécurité de Paris. Et "on s'attend à une dégradation samedi", a-t-il ajouté.
Le comité de suivi se réunira vendredi pour décider si les mesures doivent être reconduites samedi.
Il est également interdit de se chauffer au bois, car "le chauffage est une source très importante de production des particules fines", a ajouté Marc Meunier.
La réduction de la vitesse de 20 km/h sur l'ensemble du réseau routier est réinstaurée ainsi que l'interdiction du transit des poids lourds dans le territoire situé à l'intérieur de l'A86.
Le STIF (Syndicat des Transports en Ile-de-France) présidée par Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, a annoncé la mise en place de la gratuité des transports pour vendredi.
"L'objectif est d'encourager les automobilistes à privilégier les transports en commun", indique un communiqué qui rappelle que le coût de cette mesure, supporté par le STIF, est de quatre millions d'euros par jour.
La circulation alternée a déjà été mise en place au début du mois pendant quatre jours à Paris et en proche banlieue. Ce premier pic de pollution, inédit depuis 10 ans, avait également touché le Nord et la région Rhône-Alpes-Auvergne.
"C'est vraiment une reprise de l'épisode", a déclaré à l'AFP Amélie Fritz, d'Airparif, l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air dans la région.
"On a une situation comme la semaine dernière, avec des accumulations locales de polluants à cause de nos émissions, qui sont relativement fortes, dues au trafic et au chauffage, et à cause des conditions de blocage avec très peu de vent et une inversion de températures, c'est-à-dire cette espèce de couvercle d'air chaud qui fait qu'on est un peu sous cloche et que la pollution s'accumule localement", a-t-elle expliqué.
"On prévoit (vendredi) un dépassement du seuil d'information" quand samedi des niveaux "très soutenus", "toujours très élevés", "potentiellement du niveau du dépassement du seuil d'alerte" sont envisagés, selon la spécialiste.
Le "seuil d'information" du public est fixé à 50 microgrammes/m3, le "seuil d'alerte" à 80 µg/m3.
La ville de Paris "se réjouit" de la mesure, que la maire Anne Hidalgo avait demandée, selon un communiqué de la mairie qui a également annoncé le stationnement résidentiel gratuit pour vendredi.
La ville rappelle que "quelle que soit la plaque, on peut circuler si trois passagers sont à bord", ce qui rend possibles les départs en vacances.
La mairie de la capitale lance par ailleurs un appel "pour que l'ensemble des véhicules s'équipent des vignettes Crit'air", ce qui permet d'être "plus efficace: en cas de pic de pollution, ce sont les véhicules les plus polluants qui sont interdits", ajoute le communiqué.
Suite au pic de pollution de début décembre, le gouvernement a présenté de nouvelles mesures pour la qualité de l'air dont l'extension des vignettes et un coup de pouce aux taxis et utilitaires propres.

Cliquez pour agrandir


(15-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Revue de la semaine de Jean-Luc Mélenchon

Dans ce 11e épisode de la revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon parle de l'inscription sur les listes électorales qui se termine le 31 décembre à minuit. Puis il aborde la question de la libération du méthane, puissant gaz à effet de serre, dans l'atmosphère. Enfin, Jean-Luc Mélenchon donne son point de vue sur Alep et plus largement sur la situation syrienne et moyen-orientale.


L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"  à la présidence de la république en 2017.
Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )          

Alzheimer


- Valls propose de supprimer le 49-3
- eeuuhh...
- quoi?
- quelle mémoire est atteinte avec Alzheimer?
- comment ça?
- l'ancienne ou la récente?
- ...!?

Roland RICHA
Jeudi, 15 décembre 2016

L'introduction de "L'Avenir en commun"
Programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise"  à la présidence de la république en 2017.
Bonne lecture sur :
https://www.youtube.com/embed/yW_OYo75q8g
( 10mn 24s )          

Contradiction du jour

"Le Père Noël est très populaire et en plus il revient chaque année", a lancé François Hollande lors du traditionnel arbre de Noël de la présidence.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

mercredi 14 décembre 2016

Notaires : la loi Macron victime d'un coup de sape du Conseil d'État


Dieu qu'il est difficile de réformer ce pays ! La loi Macron vient de connaître un nouveau ralentissement au moment d'entrer en vigueur s'agissant des nouveaux offices notariaux. Le Conseil d'État, saisi en référé-suspension, suspend la procédure de tirage au sort des nouveaux notaires qui devait se dérouler au ministère de la Justice. Plusieurs centaines de postulants devront donc prendre leur mal en patience. La procédure a en effet connu un très large engouement dans la profession chez les notaires salariés désirant se mettre à leur compte... Le Conseil d'État douche leurs espoirs en estimant que les « garanties procédurales » quant à la régularité du tirage au sort sont insuffisantes... Les tirages au sort ont néanmoins débuté le 7 décembre. Ils doivent être interrompus !
Emmanuel Macron avait tenté de réformer ce qu'il considérait comme une profession rentière qui, pour se protéger de la concurrence, avait renâclé à ouvrir de nouveaux offices. Le ministre de l'Économie avait imaginé une procédure complexe afin que de nouveaux notaires puissent s'installer. L'Autorité de la concurrence s'était vu confier une mission pour évaluer sur le territoire français les besoins en offices notariaux. Son chiffrage visait une hausse de 20 %, en juin 2016 (1002 offices permettant l'installation de 1650 notaires). Une proposition jugée « maximaliste » et « déconnectée des réalités » par le Conseil supérieur du notariat, parti très tôt en guerre contre la loi Macron.
Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a ensuite pris un arrêté ministériel, le 14 novembre 2016, pour mettre en oeuvre le tirage au sort. La règle est la suivante : les nouveaux offices sont attribués dans l'ordre chronologique des candidatures déposées en ligne. Si le nombre de postulants est supérieur aux places ouvertes, l'attribution se fait par tirage au sort au sein de la chancellerie, en présence d'un représentant d'un Conseil supérieur du notariat. Un magistrat joue la « main innocente », les candidatures sont anonymisées.
Malgré ces garanties, l'arrêté de Jean-Jacques Urvoas a été attaqué, car, selon le requérant, la présence d'un représentant du Conseil supérieur du notariat, instance « hostile » à la réforme, jette un doute sérieux sur la régularité du tirage au sort, sans compter l'absence d'un représentant des diplômés notaires... Le Conseil d'État, jugeant l'urgence de l'affaire, considère que Jean-Jacques Urvoas n'a pas encore pris assez de précautions autour de ce tirage au sort... Son cabinet a pris acte de la décision et "prendra à brève échéance les mesures nécéssaires," annonce-t-il dans un communiqué. De son côté, le Conseil supérieur du Notariat avait jugé que les premiers tirages au sort avait  semé un "capharnaum" dans la profession et plaide pour le concours plutôt que le tirage au sort.

(14-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

SNCF : environ 1 200 postes supprimés en 2017


Depuis 2003, plus de 26 000 départs n'ont pas été remplacés à la SNCF. D'ici à 2017, entre 1 140 et 1 230 postes pourraient être supprimés à la SNCF, soit 0,8 % des effectifs, en ne remplaçant pas tous les départs à la retraite, selon des sources concordantes. L'an dernier, le projet de budget 2016 avait programmé 1 400 suppressions de poste (- 1 %). Ces prévisions étaient discutées avec les organisations syndicales mercredi après-midi, lors du CCGPF (comité central du groupe public ferroviaire). Il y aurait entre 277 et 285 suppressions au sein de l'Epic (établissement public à caractère industriel et commercial) de tête qui chapeaute les branches « SNCF réseau » et « SNCF mobilités », selon des chiffres annoncés en comité et révélés à l'AFP.
La branche « mobilités » est la plus touchée avec 1 215 postes supprimés, selon les chiffres annoncés pendant le CCGPF. L'année 2016 a été très difficile pour la branche « mobilités » avec un chiffre d'affaires de 474 millions d'euros en dessous du budget initial (- 3,1 %), selon un document portant sur le budget de l'année prochaine et consulté par l'AFP. Au sein de la branche « réseau », 2 600 embauches étaient prévues, soit 350 de plus que le nombre de départs à la retraite, toujours selon le document. Lors du CCGPF, la hausse nette a été chiffrée à 270 emplois. Au total, ce sont donc entre 1 140 et 1 230 départs en retraite qui ne seront pas remplacés en 2017. Les syndicats doivent se prononcer sur ces prévisions de budget et d'emploi, mercredi en fin d'après-midi, à l'issue de la rencontre.

(14-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

De préférence...

(Photo: Roland RICHA)

- Dis-moi...
- oui?
- est-ce que je peux rejoindre la France insoumise en n'étant membre d'aucun parti politique?
- c'est même mieux
- ...!?

Roland RICHA
Mercredi, 14 décembre 2016

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Prison: conditions "indignes" à Fresnes, dénonce la contrôleure des prisons, Adeline Hazan


Surpopulation "inacceptable", invasion de rats, "usage banalisé de la violence" par les surveillants: la contrôleure des prisons, Adeline Hazan, a dénoncé mercredi dans une série de recommandations les conditions de vie "indignes" de la prison de Fresnes (Val-de-Marne).
Ces recommandations se basent sur une visite de deux semaines effectuée début octobre par des agents du contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL).
Ils ont relevé dans la maison d'arrêt pour hommes des "dysfonctionnements graves qui permettent de considérer que les conditions de vie des personnes détenues constituent un traitement inhumain ou dégradant", contraire à la Convention européenne des droits de l'homme.
La "rénovation" de l'établissement, construit à la fin du XIXe siècle, est considérée comme une "urgence".
Selon le rapport, le taux d'occupation moyen atteint 188%, le nombre de détenus - près de 3.000 - a augmenté de plus de 52% en dix ans. Plus de la moitié vivent "à trois dans une cellule" standard d'environ 10m2, un tiers à deux, et seulement 13% sont seuls.
Une situation "très en-deçà des normes fixées par le Comité européen pour la prévention de la torture", relève la contrôleure.
L'hygiène de l'établissement est "désastreuse", selon ses services, avec des rats qui "évoluent en masse au pied des bâtiments".
Le tribunal administratif de Melun avait déjà ordonné début octobre à l'Etat d'"intensifier" les actions de dératisation à Fresnes. En 2016, deux détenus y ont contracté la leptospirose, maladie potentiellement mortelle transmise par les rats.
Fresnes souffre par ailleurs d'un personnel en sous-effectif, composé d'environ "70% de stagiaires". Dans une prison où un seul surveillant a environ 120 détenus sous sa responsabilité, le respect de leurs droits fondamentaux est "structurellement impossible", argue la contrôleure.
Soumis à un "climat de tension permanente", les surveillants ont développé "un usage banalisé de la force et des violences". A Fresnes, "la fouille à corps devient la règle et non l'exception" et le personnel peut placer "pendant de longues heures" les détenus dans des "salles d'attente" surnommées "placards", sans sanitaire ni point d'eau. Trois surveillants ont récemment fait l'objet de mesures disciplinaires, relèvent les contrôleurs.
En réponse à ces observations, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a rappelé dans une lettre que le budget 2017 prévoit de lancer la construction de trois maisons d'arrêt en Ile-de-France pour désengorger les prisons. Il a aussi détaillé des travaux à venir l'an prochain, pour plus de 900.000 euros, pour lutter contre les rats.

(14-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

L'état d'urgence reconduit jusqu'au 15 juillet 2017

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

mardi 13 décembre 2016

Amnesty International, la Ligue des droits de l'homme et le Syndicat de la magistrature appellent les députés à ne pas voter la prolongation de l'État d'urgence


Régime d'exception, l'état d'urgence est en vigueur depuis les attaques du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. Mardi 13 décembre, dans la soirée, les députés doivent approuver en première lecture sa cinquième prolongation. Créé en 1955, durant la guerre d'Algérie, il permet notamment à l'État d'assigner à résidence toute personne « dont l'activité est dangereuse pour la sécurité et l'ordre publics » et d'ordonner « des perquisitions à domicile de jour comme de nuit » sans passer par l'autorité judiciaire. Les ministres et préfets peuvent également décider la fermeture provisoire des salles de spectacles et des lieux de réunion, ou d'« interdire la circulation des personnes ou des véhicules » dans certains lieux ou à certaines heures, ou encore d'instituer « des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ».
Amnesty International, la Ligue des droits de l'homme et le Syndicat de la magistrature ont appelé les députés à ne pas approuver cette cinquième prolongation, plaidant pour que « l'état d'exception ne devienne pas la norme ». Amnesty International demande aux députés de « s'opposer fermement à la pérennisation de ce régime dérogatoire » dont l'efficacité « dans la durée pose sérieusement question » et « les conséquences sur la vie des personnes visées par ses mesures sont bien réelles ». « Certes, il est du devoir des autorités de prendre les mesures nécessaires pour protéger la population, cependant elles ont la responsabilité de s'assurer que l'état d'exception ne devienne pas la norme et de démontrer la nécessité de renouveler ce régime dérogatoire », selon l'organisation non gouvernementale de défense des droits de l'homme.
Dans une lettre aux parlementaires, la Ligue des droits de l'homme (LDH) les « adjure » de ne pas voter cette prolongation. Pour l'association, l'état d'urgence « sert à d'autres fins que la lutte contre les auteurs d'actes de terrorisme et les pouvoirs publics ont interdit des manifestations, assigné à résidence des militants politiques, ou les ont interdits de manifestation ». Pour le Syndicat de la magistrature (SM), classé à gauche, « ce gouvernement portera la responsabilité historique d'avoir initié puis amplifié cette dérive de l'état de droit sans qu'aucune nécessité opérationnelle ne l'exige ». Regrettant que le Conseil d'État n'ait « pas su s'y opposer », le SM estime qu'« il revient donc aux parlementaires, en refusant de sacrifier les libertés à une aventureuse fuite en avant, d'empêcher que les outils de l'état d'urgence ne puissent être livrés aux mains de ceux qui rêvent d'en faire le droit commun ».
Après le vote des députés, les sénateurs doivent à leur tour se pencher sur le texte jeudi.

(13-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Se soigner selon Fillon


- Tu vas où?
- à Leclecr
- tu peux me prendre deux boites de Doliprane et un Hélicidine
- avec ou sans sucre?
- ...!?

Roland RICHA
Mardi, 13 décembre 2016


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

François Fillon victime du rhume

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

lundi 12 décembre 2016

Vous avez entre les mains...

"L'Avenir en commun", programme du candidat de la France Insoumise, pour la présidentielle de 2017.
Éditions: Le Seuil - 3 €
(Photo: Roland RICHA)

Vous avez entre les mains un programme conçu pour répondre positivement aux défis de notre temps.
Ce programme a été préparé sur de longs mois de travail collectif. Mais, au-delà même des milliers de personnes qui l'ont mis en forme sachez qu'il emprunte aussi très largement aux travaux des associations, des syndicats et des collectifs citoyens. Car, depuis des décennies, ceux ci ont maintenu éveillées les consciences et mené l'action de terrain que la caste des puissants a toujours méprisé.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Merci aux facteurs et factrices de la Poste, service public

Le défi logistique est celui du « dernier kilomètre ».

Cette année encore, le Père Noël va donner beaucoup de travail aux facteurs ! Si les Français s'écrivent de moins en moins, préférant les courriels ou les SMS, ils continuent de s'envoyer des cadeaux de fin d'année. Si bien que La Poste va battre ces prochains jours un nouveau record d'activité. Cette semaine, l'établissement public devrait distribuer en moyenne 2,5 millions de Colissimo. Contre 1 million en temps normal. Une performance inédite. En 2013, les « petits hommes jaunes » avaient livré 2,1 millions de paquets puis 2,3 millions l'année dernière. Des chiffres en constante progression qui montrent que les services à haute valeur ajoutée de La Poste restent très prisés par les familles.
Le défi logistique est celui du « dernier kilomètre ». Transporter plus de 10 millions de Colissimo en une semaine d'une grande ville à une autre n'est pas très compliqué, mais l'acheminer dans tous les villages de France, voire dans des bourgs isolés constitue une véritable gageure ainsi qu'une mission de service public à laquelle La Poste ne peut se soustraire. Son ambition est que la quasi-totalité des envois soit distribuée dans les 48 heures qui suivent leur affranchissement...

(12-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Signature de la Charte « Objectif zéro phyto en Seine urbaine »


Signature de la Charte « Objectif zéro phyto en Seine urbaine »
Le mardi 13 décembre 2016 à 9h
Salle du bureau municipal - Hôtel de ville - 88 rue du 8 mai 1945, Nanterre

   
Patrick Jarry,
maire de Nanterre

Philippe Langlois d’Estaintot,
vice-président du Syndicat des eaux de la Presqu’île de Gennevilliers

Sophie Donzel,
adjointe au maire de Nanterre déléguée à l’environnement, à l’écologie urbaine et au patrimoine communal

Le conseil municipal de Nanterre

Vous invitent à assister à la signature officielle de la Charte
« Objectif Zéro phyto en Seine Centrale urbaine »
entre la Ville de Nanterre et le Syndicat des eaux de la Presqu’ile de Gennevilliers

(12-12-2016 - Ville de Nanterre)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Lagardère décide


- Elkabbach lâche le micro de la matinale d'Europe 1
- c'est bien...
- comment ça?
- le matin... il pourra rester coucher
- c'est un scandale
- ...!?

Roland RICHA
Lundi, 12 décembre 2016

Jean-Pierre Elkabbach, qui conduisait l'interview politique quotidienne d'Europe 1 depuis 29 ans, lâche le micro de la matinale d'Europe 1. C'est le groupe Lagardère Active, propriétaire du média, qui l'annonce dans un communiqué. À partir du 2 janvier, il sera remplacé par Fabien Namias.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

Les budgets de la défense dans le monde ont fortement augmenté en 2016, atteignant 1 570 milliards de dollars, selon le rapport annuel Jane's du cabinet IHS Markit. L'Asie et les pays baltes affichent les plus grosses progressions, alors que les budgets des États-Unis et de l'Europe augmentent plus légèrement. La Russie sort du top 5, doublée par l'Arabie saoudite et l'Inde, et bientôt par la France.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

dimanche 11 décembre 2016

Revue de la semaine de Jean-Luc Mélenchon

Dans ce 10e épisode de la revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon explique la victoire du « non » au référendum en Italie et la démission de Matteo Renzi ; un nouveau signal de rejet de l'Union européenne après le Brexit. Jean-Luc Mélenchon parle ensuite de l'évolution du taux de pauvreté avant d'évoquer les zones mortes dans les océans où la vie disparaît faute d'oxygène. Enfin, il revient sur sa volonté d'accorder la nationalité française à Edward Snowden après de nouvelles révélations d'espionnage...




Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     


Contradiction du jour

Manuel Valls affirme que sa candidature est "une révolte", face à une défaite annoncée de la gauche à l'élection présidentielle de 2017.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr      

samedi 10 décembre 2016

Le Conseil des ministres adopte une prolongation de l'état d'urgence


Le Conseil des ministres a adopté samedi, avant son examen au parlement, le projet de loi prolongeant jusqu'au 15 juillet 2017 l'état d'urgence en vigueur depuis les attentats du 13 novembre, pour "englober l'ensemble des opérations électorales" de la présidentielle et des législatives.
Le gouvernement va "demander au parlement de reconduire l'état d'urgence pour sept mois supplémentaires, jusqu'au 15 juillet précisément", a déclaré le Premier ministre Bernard Cazeneuve, à l'issue du Conseil.
"Au cours des mois qui sont devant nous, notre pays a un rendez-vous démocratique important avec l'élection présidentielle et les élections législatives du printemps prochain", a-t-il rappelé dans la cour de l'Élysée, entouré des ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, et de la Justice, Jean-Jacques Urvoas.
"Cette période de campagne électorale, qui sera naturellement marquée par de nombreuses réunions publiques et rassemblements, peut aussi constituer malheureusement un contexte de risque d'attentat accru pour ceux qui veulent frapper au coeur nos valeurs démocratiques et nos principes républicains", a mis en garde l'ancien ministre de l'Intérieur. "Il apparaît donc nécessaire aux yeux du gouvernement d'englober la période complète des opérations électorales", a expliqué M. Cazeneuve.
"Deuxièmement, en plaçant la date d'échéance au delà des élections, nous permettons au président de la République et au Parlement qui seront issus des prochaines élections d'avoir le temps nécessaire pour apprécier la situation avant de se prononcer sur une éventuelle prolongation supplémentaire", a-t-il poursuivi.
Le texte devrait être débattu mardi à l'Assemblée et jeudi au Sénat. L'état d'urgence, décrété par François Hollande le 13 novembre 2015, a été prolongé depuis à quatre reprises par le parlement, la dernière fois après l'attentat du 14 juillet à Nice. Sa caducité était automatique quinze jours après la démission du gouvernement de Manuel Valls. Le projet de loi adopté samedi instaure une dérogation à cette disposition pour la période électorale à venir.
L'élection présidentielle est programme les 23 avril et 7 mai 2017, les législatives les 11 et 18 juin.
Selon M. Cazeneuve, l'état d'urgence a "amplement démontré son inefficacité" avec "4.194 perquisitions, plus de 517 interpellations, 434 gardes à vue et la saisie de près de 600 armes dont 77 armes de guerre". "Depuis le début de l'année 2016, 17 attentats avaient été déjoués, 420 individus en lien avec une organisation terroriste avaient été interpellés sur notre sol", a-t-il énuméré.
"700 Français ou résidents habituellement en France sont présent en zone irako-syrienne et au total, en comptabilisant ceux en transit, de retour ou ayant des velléités de départ, plus de 2.000 sont impliqués dans ces filières jihadistes. 222 sont déjà décédés sur zone en Syrie ou en Irak", a aussi indiqué le chef du gouvernement.
Le Conseil des ministres a également autorisé M. Cazeneuve à engager la responsabilité de son gouvernement devant l'Assemblée nationale sur la déclaration de politique générale qu'il prononcera mardi à 15h00.

(10-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Contradiction du jour

Marie-Noëlle Lienemann ne sera pas candidate à la primaire du PS


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

vendredi 9 décembre 2016

Le programme de Jean-Luc Mélenchon parmi les dix meilleures ventes de livres


Le livre-programme de Jean-Luc Mélenchon, "L'avenir en commun" (Seuil) entre d'emblée à la 9e place des meilleures ventes de livres (tous genres confondus), selon le classement GfK/Livres Hebdo publié vendredi par l'hebdomadaire spécialisé.
Le livre rédigé par le candidat de "La France insoumise" à la présidentielle est l'unique entrée dans le Top 20 des meilleures ventes cette semaine.
Paru le 1er décembre avec un tirage de 50.000 exemplaires, le livre qui détaille en sept chapitres les 83 mesures que le candidat soutenu par le Parti de Gauche, le PCF et Ensemble compte appliquer s'il arrive au pouvoir, a déjà été réimprimé deux fois et atteint désormais un tirage total de 110.000 exemplaires.
Le livre, en format poche, est vendu 3 euros.

(09-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

L'inspecteur du travail


- Gérard n'est pas content
- pourquoi?
- il pense que c'est Cambadélis qui décide
- de quoi?
- de qui participe à la primaire du Ps
- il doit dire vrai
- pourquoi?
- il est bien inspecteur du travail
- ...!?

Roland RICHA
Vendredi, 09 décembre 2016

À six jours de la clôture des dépôts de candidature, le socialiste Gérard Filoche ne parvient pas à obtenir le nombre de signatures nécessaires pour participer à la primaire de la gauche. Il accuse la direction du Parti socialiste de décider arbitrairement de qui a le droit de participer.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr
     

Pollution : l'histoire sans fin de la circulation alternée


Grâce aux facéties de la météo, le feuilleton de la circulation alternée est reconduit ce vendredi dans la région parisienne et mise en place à Lyon, une première en province, en réponse à la tenace pollution aux particules fines. Une situation qui, cela étonne à peine, a conduit jeudi Ségolène Royal à promettre de nouvelles mesures en faveur des transports propres. En effet, quand une politique échoue, en France, on prend de nouvelles mesures qui, en général, se révèlent aussi vaines que les précédentes.
Pour la quatrième journée consécutive donc, malgré un léger mieux attendu au niveau des concentrations de polluants, la circulation alternée sera en vigueur à Paris et dans 22 communes de la petite couronne : une durée exceptionnelle à la mesure d'un pic de pollution hivernal inédit depuis dix ans. Seuls les véhicules à l'immatriculation impaire pourront circuler, ainsi que ceux qui font du covoiturage ou bénéficient d'une des nombreuses dérogations, a précisé Marc Meunier, secrétaire général de la zone de défense et de sécurité de Paris.
Les transports en commun seront de nouveau gratuits, ce qui constitue une perte sèche pour le Stif (Syndicat des transports d'Île-de-France) de 12 millions d'euros par jour. L'exemple étant mauvais, il suffit de l'imiter, et c'est au tour de Lyon de connaître ce vendredi les joies de la circulation alternée, intervenant pour la première fois hors de la région parisienne, malgré, là aussi, le léger mieux attendu sur le front de la pollution.
La circulation alternée, une mesure à l'efficacité souvent contestée (lire notre article), semble toutefois toujours peiner à s'imposer : le cumul de bouchons a atteint un niveau jugé « exceptionnel » jeudi matin par la Direction des routes d'Île-de-France, qui a recensé un pic de 415 kilomètres d'embouteillage, contre un peu plus de 300 habituellement. Imparable démonstration !
Mardi, au premier jour de circulation alternée, le trafic n'avait été réduit que de 5 à 10 % par rapport à une journée habituelle, et son impact avait été faible sur la pollution, selon Airparif, l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air en région parisienne. Pour de nombreux automobilistes interrogés par l'AFP, la circulation alternée, « ça ne sert à rien ». Une opinion corroborée par les chiffres du Point dont jeudi soir le sondage web à la question « La circulation alternée vous semble-t-elle efficace pour lutter contre la pollution ? » a donné 57 % de « non » parmi les  38 648 réponses formulées.
« Je n'allais pas acheter une autre voiture pour pouvoir travailler aujourd'hui ! » a ironisé Jug, un entrepreneur de 31 ans, en attendant sa contravention de 22 euros au volant de sa camionnette à l'immatriculation impaire, celle qui n'avait pas droit de cité jeudi. Ce seront donc les paires qui devront rester au garage vendredi pour cet improbable feuilleton digne des pieds nickelés.
Outre la région parisienne, la pollution est restée forte jeudi à Lyon et à Grenoble, dans les zones urbaines des Pays de Savoie, la vallée du Rhône, la Seine-Maritime, l'Aube et l'Eure. Les vitesses maximales autorisées sont abaissées dans la région Hauts-de-France jusqu'à vendredi 6 heures.
Le « léger mieux » attendu vendredi sur le front de la pollution en Île-de-France, avec « une petite tendance à l'amélioration pour le week-end », s'explique par « une petite levée de vent », indique Airparif, qui guette la brise comme le lait sur le feu. Peut-être pourrait-on mettre intelligemment à contribution les totems modernes de l'écologie, les éoliennes, qui pour l'occasion serviraient vraiment à quelque chose en jouant les salutaires ventilateurs sur l'Île-de-France.
Ségolène Royal, discrète jusqu'ici sur le sujet, n'y a pas pensé encore comme Le Point, mais elle a annoncé qu'elle proposerait plusieurs mesures en faveur des transports propres au Conseil des ministres, samedi. On brûle déjà d'en connaître la teneur. La ministre de l'Environnement a donné une indication : elle va proposer que « les élus et les préfets puissent rendre obligatoires les certificats de qualité de l'air [vignettes de couleurs, NDLR] dans les zones à pics de pollution réguliers ». Une telle vignette va déjà être obligatoire à Paris à partir du 16 janvier.
Mme Royal souhaite aussi que le bonus pour l'achat d'un véhicule électrique accordé aux particuliers (6 300 euros ou 10 000 si reprise d'un diesel de plus de dix ans) soit étendu aux véhicules utilitaires. Elle suggère aussi que le crédit d'impôt pour l'installation de bornes de recharge électrique pour les particuliers soit augmenté. Or, ce n'est pas la voiture électrique injectée à dose homéopathique sur un marché peu réceptif qui sauvera de la situation actuelle. Les énormes subventions que reçoit la voiture électrique, véritable rideau de fumée sur la réalité et l'urgence de la situation, seraient bien mieux employées à évacuer du parc les véhicules anciens et très polluants qui circulent encore.
De son côté, le ministère de la Santé a indiqué faire réaliser « une surveillance des effets sur la santé » au niveau national et régional et demandé aux établissements de santé de « se préparer à répondre à un éventuel afflux de patients dans les zones concernées ». Un plan canicule à l'envers en quelque sorte !
La pollution de l'air est à l'origine de 48 000 décès prématurés en France, selon l'agence Santé publique France, et coûte au pays plus de 100 milliards d'euros par an, selon un rapport sénatorial. De quoi, si ces chiffres sont vérifiés, motiver les pouvoirs publics pour agir directement et massivement sur le parc automobile ancien. Et non pas essayer de vendre quelques voitures électriques neuves dont le bien-fondé de l'investissement n'est pas acquis auprès des ménages. Jamais avare d'idées, la Mairie de Paris a lancé jeudi une campagne en ligne pour lutter contre la pollution automobile dans la capitale. Assurément avec ça, le mieux est pour demain.

(09-12-2016 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr