mercredi 26 août 2015

Aux Lumières: "La belle saison"


49 rue Maurice-Thorez

La belle saison
Drame réalisé en 2015 par Catherine Corsini 
Avec Cécile de France , Izia Higelin , Noémie Lvovsky ... 
Date de sortie : 19 août 2015 

VF
Mercredi vendredi lundi 16h15 (Accessible aux personnes malvoyantes), 18h30 (Accessible aux personnes malvoyantes), 20h45 (Accessible aux personnes malvoyantes);
jeudi samedi dimanche mardi 14h (Accessible aux personnes malvoyantes), 18h30 (Accessible aux personnes malvoyantes), 20h45 (Accessible aux personnes malvoyantes).
Jusqu'au 1er septembre

La Corrèze, dans les années 1970. Delphine aide ses parents à la ferme familiale. Ces derniers voudraient qu'elle se marie avec Antoine. Mais elle préfère les femmes. Quand sa petite amie lui annonce qu'elle va se marier, la jeune femme décide de changer d'air et d'aller à Paris. C'est là qu'elle rencontre Carole, une femme forte et indépendante qui milite pour les droits des femmes. Intriguée, Delphine se joint au mouvement et tombe follement amoureuse de Carole. Or celle-ci est en couple avec Manuel. Elle finit par le quitter pour rejoindre Delphine, repartie chez ses parents, après que son père a fait une attaque...

Le film de Catherine Corsini est aussi sympathique que son interprète principale, Cécile de France. Radieuse, enthousiasmante, elle a visiblement cru au projet, en sa réalisatrice et en la cause qu'elle défendait : la liberté de s'aimer selon son goût dans une société qui ne l'entend pas de cette oreille... Au début de la décennie 1970, donc, au moment où les féministes tentent de prendre hardiment des droits que Mai 68 leur a accordés sans trop y croire, Carole (Cécile de France) rencontre Delphine (Izïa Higelin). Etre amoureuse d'une femme ne lui serait jamais venu à l'idée, mais voilà qu'elle tombe raide dingue de la jeune provinciale, au point de la suivre à la campagne, où Delphine reprend la ferme familiale.
C'est là que le bât commence à blesser. Toute à la passion de ses deux héroïnes, Catherine Corsini les filme en de longues étreintes, supposées lyriques, dans des champs inondés de soleil : à la longue, ça lasse un peu... Et elle fait la part trop belle à l'envahissante mère de Delphine qu'interprète, avec une « kolossale » sobriété, Noémie Lvovsky. Que les fermières françaises des années 1970 (et même d'aujourd'hui, sans doute) ne soient pas ravies de découvrir l'homosexualité de leur fille, soit. Que Catherine Cor­sini et son actrice fassent du personnage une sorte de veuve corse droit sortie du Colomba de Prosper Mérimée ou de Cavalleria rusticana, l'opéra naturaliste de Pietro Mascagni, non ! Étrange outrance si l'on se souvient de Partir, autre récit d'une passion amoureuse — entre Kristin Scott Thomas et Sergi López — que la réa­lisatrice filmait en 2009 avec une épure digne d'une tragédie. Ici, on ne dépasse pas la générosité, la tendresse, le désir louable de braver l'intolérance.
(Pierre Murat)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

mardi 25 août 2015

Jean-Luc Mélenchon : François Hollande "est un personnage dérisoire"


Jean-Luc Mélenchon, selon lequel François Hollande ne sera pas candidat en 2017, se dit "persuadé" que sa propre formation peut "arriver à la tête du pays", dans une interview aux Inrockuptibles à paraître mercredi. François Hollande "ne sera même pas candidat" à la présidentielle, estime le cofondateur du Parti de gauche dans cet entretien, rappelant : "Il s'est fixé comme condition l'inversion de la courbe du chômage ! C'est impossible avec sa politique et le contexte mondial." "Les turbulences vont provoquer une contraction du marché mondial, le chômage va exploser, quoi qu'on fasse. Hollande a dit qu'il ne serait pas candidat si le chômage continuait d'augmenter. Tout le monde dit que c'est une ruse. C'est en fait un signal de départ. Il sait bien qu'il ne sera pas candidat", ajoute-t-il.
À ses yeux, le chef de l'État "est un personnage dérisoire et (il mène) une présidence désastreuse (...) J'aime mon pays et je ne supporte pas de voir combien il l'a abaissé. Je suis bouleversé par les souffrances qu'il a répandues."
À la question de savoir qui sera au second tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon répond : "Oui, je serai présent, ou quelqu'un de notre mouvance." Et plus loin, d'assurer : "Aujourd'hui je reste persuadé que nous pouvons arriver à la tête du pays et qu'il ne s'agit pas d'une marche si gigantesque que cela." "Nous sommes toujours à 10 % des intentions de vote. Tout cela signifie qu'avec une bonne campagne et une bonne ligne directrice, tous les espoirs sont permis", assure-t-il, soulignant qu'"en 2012, 30 % des électeurs de Hollande ont hésité entre Hollande et (lui) jusqu'à la dernière minute".
Revenant sur les élections départementales, il concède : "Oui nous sommes partis en ordre complètement dispersé. C'est la pire campagne que j'ai vécue (...) Finalement nous avons payé ce manque de clarté." "Je ne voudrais pas que nous recommencions la même chose avec la préparation des élections régionales."
Jean-Luc Mélenchon réclame aussi d'"arrêter de se focaliser sur Marine Le Pen". "Doit-elle être la virgule de toute discussion politique ?"

(25-08-2015 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

lundi 24 août 2015

Le Palais des Sports agrandi à 3 000 places sera inauguré le 17 octobre pour la rencontre entre Nanterre et Gravelines-Dunkerque


C’est le samedi 17 octobre en fin d’après-midi que sera inaugurée la nouvelle grande salle du palais des sports Maurice Thorez, à Nanterre, dont la capacité d’accueil sera portée à 3 000 places assises . Cette réalisation de la ville de Nanterre, qui représente un investissement de près de cinq millions d’euros, traduit la volonté de l’équipe municipale d’accompagner la formidable réussite sportive de la JSF Nanterre, qui a remporté trois titres ces trois dernières saisons, et lui permettre de se pérenniser au plus haut-niveau du basket français.
La construction d’une nouvelle tribune de 1 500 places assises va permettre de doubler la capacité d’accueil du palais des sports Maurice Thorez, et doter la ville de Nanterre de l’une des plus grandes salles de sport de la région parisienne. Outre cet agrandissement, le palais des sports sera équipé d’une nouvelle sonorisation.
Les Nanterriens et l’ensemble des supporters de la JSFN découvriront leur nouvelle salle le 17 octobre, à l’occasion de la réception de Gravelines-Dunkerque pour le compte de la 4ème journée de Pro A. L’équipement sera inauguré par le maire et l’équipe municipale, avec l’ensemble du mouvement sportif Nanterrien.
Ces travaux d’extension avaient un planning très serré avec l’objectif de livrer la nouvelle tribune en un temps record, soit 12 mois de travaux dont seulement 3 nécessitant une fermeture de la salle. Mais lors de la dépose de l’ancienne façade, il s’est avéré incontournable de renforcer la rive de la toiture existante. Malgré ce renforcement complexe à réaliser, la diligence dont l’entreprise chargée du chantier a fait preuve en l’occasion a permis de limiter le retard de livraison à un seul mois.
Des dispositions ont été prises par la municipalité pour que l’équipe professionnelle évolue dans des conditions d’entrainement sereines d’ici la fin des travaux. Néanmoins, cet imprévu va impacter durant un court laps de temps le reste des équipes de la JSFN – qui bénéficie de près de 60h de créneaux hebdomadaires au Palais des sports – ainsi qu’à la marge un certain nombre d’associations sportives de la ville et le sport scolaire.
Enfin, afin de palier cet imprévu et l’impossibilité pour l’adversaire de la JSFN d’inverser la rencontre, la ville de Rueil-Malmaison a d’ores et déjà confirmé son accord pour accueillir la JSF Nanterre pour l’ouverture du championnat de Pro A face au SLUC Nancy.

(24-08-2015 - Ville de Nanterre)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

vendredi 21 août 2015

La motrice d'un TGV en feu près de Lyon, importants retards dans le sud-est


La motrice d'un TGV sur la ligne Paris-Marseille a pris feu vendredi après midi, pour une raison encore inconnue, et d'importants retards étaient à prévoir vendredi soir sur cette ligne ferroviaire, a-t-on appris auprès de sources concordantes. Les pompiers ont indiqué qu'un feu était en cours « sur deux rames d'un train sur la ligne Paris-Marseille », et qu'une partie des passagers a été évacuée.
En fin d'après-midi, la motrice du TGV a commencé à dégager de la fumée puis a pris feu. « Nous avons dû couper l'alimentation électrique et donc la circulation des trains sur la ligne », précise la porte-parole. Une fois l'électricité coupée, les pompiers sont intervenus et ont rapidement pu maîtriser l'incendie parti du moteur d'une des motrices et qui était très localisé. Une centaine de soldats du feu se sont déplacés, pour gérer l'incendie mais surtout les « 1.500 passagers » de ce train et d'autres qui suivaient et qui « étaient en rase campagne par 30 degrés », ont-ils indiqué à l'AFP.
Deux trains, qui suivaient immédiatement derrière le TGV endommagé, subiront certainement des retards plus importants. Concernant les 800 passagers, des bus devaient les acheminer dans la soirée sur Lyon ou une autre gare proche afin qu'ils reprennent un train pour Paris dans la soirée, tient à préciser la SNCF.
Sur Twitter, les photos prises par des passagers montraient une épaisse fumée noire se dégageant de la motrice d'un TGV. Il s'agit, selon une passagère, du TGV Marseille-Paris parti à 15 h 06. Des photos postées sur le réseau social montraient l'évacuation de passagers.


(21-08-2015 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

mercredi 19 août 2015

Ile-de-France : des moustiques tigres détectés à Paris et à Créteil


Des moustiques tigres qui peuvent véhiculer le virus de la dengue et du chikungunya ont été détectés au Parc floral à Paris et dans des jardins ouvriers à Créteil, a indiqué mercredi l'agence régionale de santé (ARS). L'ARS précise qu'il s'agit d'une "présence ponctuelle" et que des opérations de démoustication sont menées autour des sites concernés "afin d'empêcher son installation durable". Elle ajoute qu'"'aucun cas de chikungunya et de dengue autochtone n'a à ce jour été recensé en Ile-de-France".
La mairie de Paris a pour sa part confirmé la présence du moustique tigre au Parc Floral (Paris 12e) et précisé qu'une intervention serait menée dès mercredi soir après la fermeture du parc pour "procéder à l'éradication de cette espèce nuisible". La présence du moustique tigre au Parc floral a été signalée ces derniers jours par un promeneur mais selon la mairie, "l'implantation dans le parc est récente et par conséquent très modérée : elle s'avère localisée aux abords de trois points humides très éloignés des habitations. Aucun autre espace vert de la capitale n'est touché".
Le moustique Aedes albopictus (également dénommé moustique tigre) est un vecteur de maladies virales comme la dengue ou le chikungunya, qui circulent dans de nombreuses régions du monde (Amérique, Asie, Océanie...). Pendant sa période d'activité (de mai à novembre), il peut transmettre les virus après avoir piqué une personne infectée.
Le moustique est déjà implanté dans 20 départements métropolitains, pour la plupart situés dans le sud de la France où des cas autochtones de dengue et de chikungunyas (contractés en métropole sans avoir voyagé) ont été observés : ainsi en 2014, quatre cas autochtones de dengue ont été détectés en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, ainsi qu'un foyer autochtone de chikungunya (11 cas confirmés et un cas probable) dans l'agglomération de Montpellier.
Le moustique tigre a par ailleurs déjà été ponctuellement repéré en 2014 à Paris, dans le Val-de-Marne, en Seine-et-Marne et en Seine-Saint-Denis, mais les traitements avaient permis d'éviter son implantation, selon l'ARS. Le Val-de-Marne comme Paris font l'objet d'une surveillance du moustique dans le cadre du Plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue.


(19-08-2015 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Aux Lumières: "Coup de chaud"


49 rue Maurice-Thorez 92000 Nanterre

Coup de chaud
Drame (1h42min) de Raphaël Jacoulot
Jusqu'au 25 août 2015

VF
Mercredi vendredi mardi 14h (Accessible aux personnes malentendantes), 18h30 (Accessible aux personnes malentendantes);
jeudi samedi dimanche lundi 16h15 (Accessible aux personnes malentendantes), 20h45 (Accessible aux personnes malentendantes).

La canicule s'abat sur un village d'agriculteurs. Tous s'inquiètent car les récoltes sont menacées. En plus de cela, voilà qu'arrive Josef Bousou, un jeune homme un peu simplet et violent. Diane est la première à s'inquiéter de sa présence. Elle l'accuse de vol et veut qu'il quitte le village. Une jeune fille se plaint également de son comportement avec elle. Son père finit par porter plainte. Un autre paysan, Rodolphe Blin, éconduit le jeune homme quand celui-ci lui propose son aide. Le maire, Daniel Huot-Marchand, tente de calmer le jeu mais les passions se déchaînent sur Josef jusqu'au jour où on le retrouve sans vie dans la cour de la maison familiale...

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

dimanche 16 août 2015

Un policier blessé lors d'une attaque à Pantin,2 personnes en fuite


Un gardien de la paix a été légèrement blessé dimanche près d'un bâtiment du ministère de l'Intérieur à Pantin (Seine Saint Denis), par deux hommes actuellement en fuite, a-t-on appris auprès du ministère.
Peu avant 02H00, alors qu'il effectuait sa ronde, un gardien de la paix a été blessé par balles par deux hommes cagoulés qui s'étaient introduit sur le site et lui ont dérobé son arme, a indiqué le porte-parole du ministère, Pierre-Henry Brandet. Le Raid a été rapidement déployé et a terminé peu après 09H00 ses recherches sur le site, abritant notamment un garage de véhicules de l'Intérieur, sans retrouver les hommes qui sont en fuite, a-t-il ajouté.
"Les deux individus sont en fuite, les premiers éléments découverts par les enquêteurs laissent penser qu'il s'agirait d'un cambriolage qui a mal tourné", a indiqué le porte-parole.
Dimanche matin, un vaste périmètre de sécurité avait été déployé dans la zone industrielle de Pantin, tout près de Paris, à proximité de ce site abritant un garage automobile de véhicules de l'Interieur mais aussi des bureaux de formation et l'école de conduite de la police nationale
Le Raid, qui s'est rendu sur place pour éventuellement interpeller les deux hommes s'ils se trouvaient encore sur place, a pu retrouver l'arme dérobée au policier mais les deux hommes avaient pris la fuite.
Le policier, "très légèrement atteint" malgré le port de son gilet pare-balles, a été conduit à l'hôpital d'où il devrait sortir rapidement, a précisé le porte-parole.

(16-08-2015 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

jeudi 13 août 2015

Un salarié de la SNCF payé à ne rien faire depuis douze ans


Inadmissible, de l'aveu même de l'intéressé pourtant bien loti. Un cadre supérieur de la SNCF continue d'être payé depuis douze ans… alors qu'il n'occupe aucun poste, révèle Le Point ce jeudi. Une situation enviable certes, surtout que l'ingénieur touche un salaire de plus de 5.400 euros par mois. Mais qui ne convient pas à Charles Simon. Lui regrette avoir été placardisé… sans bureau ni mission.
Il attend un poste depuis douze ans
La rupture remonte à 2003, quand le salarié de la SNCF est détaché auprès de la filiale Geodis Solutions. Le cadre, bardé de diplômes (Essec, mines) découvre alors «une fraude de 20 millions d'euros au préjudice de la SNCF», a-t-il confié à l'hebdomadaire. Sa hiérarchie décide alors de le mettre à disposition de la SNCF… qui ne lui a toujours pas indiqué quel poste il pourrait occuper. Selon le magazine, Charles Simon occupe donc son temps à voyager (gratuitement) dans toute la France, dans l'attente d'une mission. Une situation ubuesque qui dure donc depuis douze ans. 


(13-08-2015 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

mercredi 12 août 2015

Trafic interrompu sur le RER A entre Auber et Boissy/Marne-la-Vallée


Le trafic du RER A était complètement interrompu mercredi 12 août depuis 20 heures entre Auber et Boissy/Marne-la-Vallée, a annoncé la RATP. L’interruption « est due à un arrêt de travail inopiné des conducteurs après l’agression d’un conducteur dans la matinée à Vincennes », selon un membre du service de presse de la régie des transports.
Des bus de substitution ont été mis en place, a-t-il précisé, estimant peu probable une reprise du trafic mercredi soir. Le trafic pourrait être légèrement perturbé jeudi.
Le RER A, la ligne la plus empruntée d’Europe, fréquentée par 1,2 million de voyageurs par jour, est aussi affecté depuis plusieurs semaines par d’importants travaux dans l’ouest parisien, qui se traduisent par une coupure totale entre La Défense et Auber (quartier Opéra) du 25 juillet au 23 août inclus.

(12-08-2015 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Au cinéma "Les Lumières": Amy



49 rue Maurice-Thorez 92000 Nanterre

Amy
Documentaire (2h07min) de Asif Kapadia
Jusqu'au mardi 18 août 2015

VO
Mercredi samedi mardi 18h15;
jeudi dimanche 16h;
vendredi lundi 20h30.

Amy Winehouse est morte à 27 ans, au pic de sa jeunesse, comme Brian Jones, Jimi Hendrix, Jim Morrison et Janis Joplin. La disparition de ces idoles rock, à la fin des années 1960, avait donné prise aux fantasmes et aux légendes les plus folles. Quarante ans plus tard, peu de zones d'ombre demeurent autour de la mort de la diva soul londonienne : les images pullulent et s'échangent à flux continu sur la Toile. La caméra suivait déjà la chanteuse bien avant ses premiers enregistrements, quand elle sortait de l'enfance et prenait des poses de princesse sexy pour chanter Happy Birthday à une copine. Elle ne l'a pas quittée, jusqu'au zoom final sur son cadavre roulé dans un drap, disséminé sur les écrans du monde entier.
Amy Winehouse est l'une des premières icônes filmées partout et par tout le monde, de sa naissance (ou presque) à sa mort au coeur de l'été 2011. En piochant dans ce foisonnement de séquences, le cinéaste britannique d'origine indienne Asif Kapadia tisse une chronique dérangeante et triste à pleurer, qui met en lumière, avec une crudité rare, la foire aux célébrités brûlant une jeune femme en peu d'années.
Remarqué pour son film sur Ayrton Senna, Asif Kapadia est un documentariste accrocheur. Amy regorge d'images saisissantes, d'autant plus inédites qu'elles ont été filmées dans l'intimité de la chanteuse. Tous ses proches (même ceux qui dénoncent le film aujourd'hui) sont de la partie et livrent leur témoignage en voix off. On se demande quels pactes diaboliques furent scellés pour qu'il nous soit permis de voir la fille d'East Finchley, un quartier du nord de Londres, voguer d'appartements en chambres d'hôtel, d'auditions en coulisses, de cuite en cuite et d'amoureux en amoureux. Jusqu'aux centres de désintoxication, filmés de l'intérieur par Blake, le beau gosse de Camden avec qui elle a abordé le versant dur de la drogue (crack et héroïne) et pour qui elle était prête à se damner (« Je ferai tout comme toi »). Le pic de la déprime est atteint quand son ange noir, qui maigrit et se décompose au fil de l'histoire, demande à sa douce de chanter, rien que pour lui, dans la chambre de la clinique, une version ultime de Rehab — le tube d'Amy Winehouse sur la dépendance.
Tous ces documents ont pour effet de nous river à l'écran, sans qu'on en soit fier pour autant. Leur vertu est de nous faire communiquer, comme rarement, avec la musique et ses sources. Les différents complices de la chanteuse livrent leurs secrets : les bandes fantastiques d'une première audition dans les bureaux d'une maison de disques, ou celles de l'enregistrement de l'album Back to black dans un studio de New York. Amy Winehouse se remet très mal d'une rupture avec son chéri toxique et lui écrit chanson sur chanson. L'instant poignant où elle chante le morceau Back to black, qu'elle vient d'écrire sur le coin d'une table, a peu d'équivalents dans l'histoire du documentaire rock. Mais le film se détourne de la musique à mi-parcours. Pour ne s'intéresser qu'aux ravages de la célébrité. La chanteuse n'arrive plus à composer. Elle est traquée, espionnée, bousculée par la presse tabloïd. Elle dépérit mais doit alimenter le business qui tourne à pleins tubes. Son père l'emmène se reposer sur une île mais invite une équipe de télé-réalité. « Papa, si c'est de l'argent que tu veux, je t'en donne... », lui dit sa fille, excédée, devant les caméras. Ensuite, rideau. Son coeur lâche. Le nôtre avec.
(Laurent Rigoulet)


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

jeudi 6 août 2015

Le Maire de Nanterre, Patrick JARRY, exprime son indignation suite à l’assassinat survenu dans le quartier du Parc


Le Maire Nanterre, Patrick JARRY, tient à exprimer toute son indignation suite à l’assassinat dont a été victime un jeune habitant du quartier du Parc mercredi soir. Le Maire condamne avec la plus grande fermeté les auteurs de cet acte lâche, qui s’apparente à une véritable exécution.
L’enquête devra confirmer s’il s’agit bien d’un règlement de comptes dans le cadre d’une rivalité liée au trafic de stupéfiants.
Le Maire souhaite que les moyens de police et de justice nécessaires soient mis en œuvre afin de retrouver, d’appréhender et de condamner rapidement les auteurs de ce crime, qui ne doit pas rester impuni.
Face à la violence de cet acte, c’est un signal fort qui doit ainsi être envoyé à ces criminels : à Nanterre, les institutions publiques continueront sans relâche leur importante mobilisation afin de mettre fin aux actes des trafiquants. Aucun répit ne doit leur être offert.
Le Maire de Nanterre tient à exprimer toutes ses condoléances à la famille de la victime dans ces moments extrêmement douloureux, et s’associe pleinement à l’émotion ressentie par les habitants du quartier.


(06-08-2015 - Ville de Nanterre)

**

Un homme d'une vingtaine d'années a été tué par balles mercredi soir dans une cité sensible de Nanterre (Hauts-de-Seine). "Les secours sont arrivés à la cité Pablo-Picasso entre 18H30 et 19H pour un blessé par balles", ont relaté les pompiers de Paris, confirmant une information du Parisien, selon qui l'homme a été touché à la tête.
La victime est morte près de deux heures plus tard à l'hôpital, a ajouté une source policière. "Suivant la procédure normale de sécurisation, des renforts ont été envoyés sur les lieux", a précisé cette source, ajoutant que la cité était "très calme".
La police judiciaire des Hauts-de-Seine est chargée de l'enquête.
D'après Le Parisien, "la victime était connue des services de police pour des affaires de drogue. L'hypothèse d'un règlement de comptes a donc aussitôt été privilégiée". 


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr