mardi 30 juin 2015

Tristesse mortelle

"Le Parti communiste chinois a annoncé qu'il comptait à la fin de l'an dernier presque 88 millions de membres"
"eeuuhh..."
"quoi?"
"comparé à la France, nous serions tous membres du Parti communiste"
"ce serait d'une tristesse mortelle"
"faut voir"
"comment ça?"
"le Pcf a depuis longtemps abandonné le centralisme démocratique"
"...!?"

Roland RICHA
Mardi, 30 juin 2015

Cette annonce a été faite par la presse officielle chinoise juste avant le 94e anniversaire de la réunion fondatrice du PCC, en juillet 1921 à Shanghai, un jour traditionnellement célébré en Chine le 1er juillet.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr

lundi 29 juin 2015

La dignité ou la finance

Cliquez pour agrandir

"Je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais..."
"mais quoi?"
"à six jours d'un référendum qui fait trembler l'Europe,
Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne s'est lancé dans la bataille du oui"
"et alors?"
"je veux me lancer à mon tour"
"dans quelle bataille"
"du non... bien évidemment"
"pourquoi?"
"parce que ce référendum-là porte sur le respect de la dignité humaine contre la dictature financière"
"la chance qu'il a le peuple Grec!"
"...!?"

Roland RICHA
Lundi, 29 juin 2015

"Je demanderai aux Grecs de voter oui" (Aux propositions de l'Union européenne et du FMI, ndlr), a déclaré
Juncker, "Il ne faut pas se suicider parce qu'on a peur de la mort", a-t-il précisé lors d'une conférence de presse à Bruxelles, en guise de mise au point.

"Exigeons qu'Orange rompe son partenariat avec l'opérateur israélien Partner."

Des bus réservés aux Allemands, "c'est quoi cette connerie ?"


C’est un scénario digne des plus grandes provocations qui a été mis en place dans la ville d’Essen, située au nord de Cologne, en Allemagne. Des pancartes affichant des places "réservées aux Allemands" ont été installées dans un bus, dans le cadre d’une expérience retransmise à la télévision. Objectif : tester la réaction des passagers à la discrimination apparente. Pour jouer la scène, des acteurs noirs ou voilés tenaient les rôles des passagers discriminés alors qu’un faux conducteur leur demandait de quitter la "zone allemande" pour s’asseoir à l’arrière du bus, comme l’a raconté le journal local Westdeutsche Allgemeine Zeitung .
À l’avant du bus, des panneaux indiquaient effectivement que des sièges étaient réservés pour "les détenteurs d’une carte d’identité allemande valide", précisant que les "étrangers et demandeurs d’asile" ne devaient utiliser que les dernières rangées du bus. Ce scénario, directement inspiré des années de ségrégation raciale aux États-Unis, a été filmé à l’aide de caméras cachées pour la chaîne de télévision locale WDR, avec la complicité de la compagnie de bus.

"Je ne veux pas que les chemises brunes nazies reviennent"
La scène a été jouée pendant toute une journée et, à chaque fois, la réaction des "vrais" passagers ne s’est pas fait attendre : il y en avait toujours un qui intervenait en moins de trente secondes. "Ce sont des gens comme tout le monde", "qu’est-ce que c’est que cette connerie ?". Ou encore "je suis né en 1935 et je ne veux pas que les chemises brunes nazies reviennent", a lancé un homme âgé au conducteur. Le producteur de l’émission a précisé que les femmes étaient particulièrement promptes à se lever pour prendre la défense des passagers "attaqués".
L'Allemagne accueille une des plus grandes populations de migrants en Europe. Ces derniers mois, de nombreux débats ont eu lieu autour de la politique d'immigration nationale. En janvier, de nombreux rassemblements ont été organisés par le mouvement anti-islam et anti-immigrants Pegida, mais des milliers de personnes ont également défilé pour protester contre ce groupe.

(29-06-2015 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Une bibliothèque


"Dis-moi..."
"oui?"
"qui était Gabriel Péri?"
"un résistant communiste arrêté par la police pétainiste et fusillé par les Allemands au Mont-Valérien en 1941"
"je vois"
"tu vois quoi?"
"c'est pour ça que la bibliothèque municipale de Levallois porte son nom"
"sauf que Balkany veut la fermer"
"pas à cause de Gabriel Péri?"
"bien sûr que non... sinon il l'aurait tout simplement débaptisée"
"dans ce cas on l'aurait accusé d'atteinte à la mémoire collective"
"eeuuhh..."
"quoi?"
"fermer une bibliothèque... c'est tout pareil"
"...!?"

Roland RICHA
Lundi, 29 juin 2015


Gabriel Péri
Gabriel Péri, né à Toulon le 9 février 1902 et mort au mont Valérien le 15 décembre 1941, est un journaliste et homme politique français. Membre du Comité central du Parti communiste français, responsable du service politique étrangère de L'Humanité et député de Seine-et-Oise, il fut arrêté comme résistant par la police française et fusillé comme otage par les Allemands à la forteresse du Mont-Valérien.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

dimanche 28 juin 2015

Non à la fermeture de la bibliothèque Gabriel PERI à Levallois Perret !


La nouvelle a éclaté comme une bombe : Patrick BALKANY veut fermer la Bibliothèque Gabriel PERI le 30 Juin 2015 « pour faire des économies ».
Le motif avancé : « faire des économies » à Levallois, c’est une plaisanterie qui fait rire tout le monde, il n’y a qu’à lire les rapports récents de la Cour Régionale des Comptes ou « Le Canard Enchainé » pour savoir que les dépenses dispendieuses et contestables et de toutes natures ne font pas peur à Patrick BALKANY et pas plus, que le fait qu’il ne s’est pas encore acquitté de l’argent qu’il doit toujours à la ville qu’il administre, car il a été déjà condamné pénalement pour fautes graves en matière financière dans sa gestion à son profit personnel, il y a plusieurs années. Sans parler des poursuites judiciaires en cours qui lui ont valu la levée de son immunité parlementaire, à l’unanimité, dernièrement.

Il faut savoir que d’une ville qui en 1965 était non endettée, il en a fait la ville la plus endettée de France.
Donc, ce sont pour d’autres raisons, pour des raisons politiques,  qu’il veut fermer la bibliothèque Gabriel PERI, c’est pour parfaire la destruction de toutes les réalisations culturelles et sociales de la Municipalité d’Union de la Gauche qu’il a trouvées en 1983.

 Il faut savoir que cette bibliothèque Gabriel PERI avait été construite par la municipalité centriste-Ps dirigée par Charles Deutschman en 1958 et que c’est la municipalité d’union de la gauche PCF-PS-Radicaux de Gauche, dirigée par Parfait JANS, élue en 1965 qui n’a cessé jusqu’en 1983  de l’agrandir, de l’enrichir et de la développer pour en faire la Bibliothèque Centrale de Levallois visant, de plus, à animer un réseau de bibliothèques publiques de quartiers.
Elle dota en particulier cette Bibliothèque de personnels professionnels dont un Directeur d’exception Jean TABET, dont la réputation dépassa le cadre national.

Cette politique en matière de lecture publique s’inscrivait dans le cadre d’une politique culturelle municipale plus générale et très diversifiée, en liaison avec la population.
Ce fut dés 1965, l’ouverture d’un Conservatoire de Musique et d’Art Dramatique,
l’accueil d’une troupe permanente de théâtre, la création d’ateliers d’arts plastiques et d’un atelier vidéo qui faisait figure, à l’époque, de précurseur, la création de grandes expositions de peinture de niveau international (le Salon Mondial de l’art naïf, dont on se souvient encore) ou d’expositions de sculptures y compris dans tous les jardins de la ville
Les artistes locaux appréciaient l’aide municipale qu’ils recevaient pour la tenue annuelle de leur Salon des Beaux Arts.
Une Galerie municipale d’art contemporain fut ouverte pour la promotion des jeunes artistes.
LE 7ème Art n’était pas oublié  avec la création de deux salles de cinéma municipaux d’art et d’essai Georges SADOUL 1 et 2 qui recevaient plus de 60.000 spectateurs par an, animées par une équipe dynamique et soutenus par les plus grands artistes venus faire des animations comme Michel PICCOLI, par exemple… etc…etc.
Tous les trimestres, les concerts avec les grands artistes du moment remplissaient le Palais des Sports : Jacques BREL,  Georges BRASSENS, Jean FERRAT, Léo FERRE, Georges MOUSTAKI, etc… etc.…
Toutes ces activités culturelles municipales recevaient naturellement un relais  d’une MJC indépendante et active également de Foyers des Jeunes de quartiers, aujourd’hui disparus.

Cette simple énumération fait mesurer le massacre dont a été victime la culture  à Levallois par l’équipe BALKANY qui ont préféré les braderies, le fric à la culture.
Les barbares ont tout détruit, surtout la culture et la démocratie car elles sont sources de contestations, de doutes et de questionnements. 
La culture leur fait peur, ils savent bien que la lecture est essentielle pour former des citoyens conscients et libres.

Nos bibliothèques, pièces centrales de l’activité culturelle locale, étaient fréquentées entre autres, par des milliers d’enfants et de jeunes étudiants qui pouvaient venir lire des livres de toutes les cultures,  les emprunter,  se documenter, y compris travailler à des devoirs et à des travaux plus importants nécessitant des recherches documentées approfondies.
La fermeture de la bibliothèque Gabriel PERI serait un nouveau coup porté à la démocratisation culturelle et à la conscience démocratique des citoyens.

Le livre est un outil indispensable qui doit être à la portée de chacun, car il n’est pas une marchandise mais un élément favorisant l’émancipation humaine et le vivre ensemble.
Les deux bibliothèques restantes à chaque extrémité de la commune ne pourront compenser la  perte de cet établissement central près de la Mairie et inséré dans un ensemble de logements HLM, qui conservait des fonds anciens de grande valeur, des encyclopédies rares qui d’ailleurs avaient déjà été retirées de la disposition du public pour être entreposés où, tout le monde se le demande ?

Avec la volonté de fermer la Bibliothèque Gabriel PERI, c’est le point d’orgue, elle intervient après la fermeture de 2 autres bibliothèques à Levallois celles d’Alsace et de Ravel, ces dernières années, et après la fermeture des cinémas d’Art et Essai, après la marginalisation de toutes activités culturelles municipales bradées au privé comme avec l’arrivée récentes des 7 salles de cinéma PATHE ou des Galeries marchandes SO OUEST.

Il faut un sursaut citoyen, l’ère du clan des BALKANY est terminée, disons NON, résolument NON à la fermeture de la BIBLIOTHEQUE GABRIEL PERI !

Jacques ATLAN,
Maire-adjoint communiste à la culture de 1965 à 1983 et ancien Conseiller général des Hauts de Seine.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

On en parle avec vous


Force est de constater que les choix politiques imposés à tous les pays par l’Europe non seulement ne résolvent rien, mais aggravent la situation qui devient alarmante : les inégalités sont de plus en plus flagrantes, le chômage et la pauvreté ne cessent d’augmenter.
On nous explique que face à la crise, il n’y a pas d’autres choix possibles. Les peuples seraient donc condamnés à se résigner, à accepter de réduire les services publics, de privatiser tous les secteurs d’activité et à voir inéluctablement reculer les droits des salariés, l’accès à la santé… Jusqu’où faudra-t-il aller ?
Mais nous sommes de plus en plus nombreux à contester ces décisions imposées autoritairement, dans le déni du débat démocratique, avec un Premier Ministre qui gouverne à coups de 49-3 faute de n’avoir même plus de majorité dans son propre camp à l’Assemblée Nationale.
Je suis de celles et de ceux qui pensent que d’autres choix sont possibles, que des alternatives réalistes existent. Je suis de celles et de ceux qui sont attachés à faire vivre concrètement de véritables valeurs et exigences de gauche. C’est dans cette perspective que j’ai organisé le 18 juin dernier, à l’Agora, un débat intitulé « Au nom de la dette… ». Pour que les citoyens, dans leur diversité, puissent se saisir de cette question d’actualité.
Benjamin Coriat, professeur d’économie à l’Université Paris 13, membre du collectif des Économistes atterrés, et Vangelis Goulas, représentant de Syriza à Paris, étaient à nos côtés pour nous aider à mieux comprendre les mécanismes réels de la dette et réfléchir aux dispositions qui permettraient de s’affranchir de la tutelle des marchés financiers.
Après avoir visionné le court documentaire de Pierre Carles, « On a mal à la dette », les 80 personnes présentes ce soir-là ont débattu pendant près de deux heures. Devant la qualité des échanges, j’ai décidé d’en éditer les moments les plus saillants dans un petit journal « On en parle avec vous » qui sera largement diffusé dès la semaine prochaine.
« On en parle avec vous » accompagnera chacun de mes prochains débats afin de favoriser l’information, de conforter nos échanges et d’initier des actions collectives.

Jacqueline Fraysse,
Députée de Nanterre-Suresnes

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Contre l'oubli (fin)


"Curieux..."
"quoi?"
"les Socialistes et les Républicains de Suresnes n'étaient pas présents à la marche contre le fascisme"
"ceux-là, on ne les voit qu'au second tour"
"...!?"

Roland RICHA
Dimanche, 28 juin 2014



Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

samedi 27 juin 2015

Contre l'oubli (suite)


"Je suis allé sur la Place de la paix de Suresnes"
"et alors?"
"elle est en travaux"
"t'as vu les communistes?"
"oui... ils étaient là... probablement 30 ou 40... je ne connaissais aucun... on m'a donné l’Éveil, leur journal local... pas longtemps après mon arrivée, la marche est partie en direction de la place Jean Jaurès"
"qu'est-ce t'as fait?"
"j'ai suivi la marche"
"et puis?"
"rien... j'avançais en lisant l’Éveil"
"...!?"

Roland RICHA
Ancien rédacteur en chef de l’Éveil
Samedi, 27 juin 2015


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

vendredi 26 juin 2015

Contre l'oubli


"Pour entretenir ma forme, je vais marcher, tous les dimanches, au Mont-Valérien"
"ça tombe bien"
"comment ça?"
"la marche contre le fascisme c'est samedi"
"pour entretenir quoi?"
"la mémoire"
"...!?"



Roland RICHA
Vendredi, 26 juin 2015

Marche contre le fascisme à Suresnes
Samedi 27 juin à 17h00
Départ place de la paix, devant la poste en direction de la place Jean Jaurès.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Suresnes marche contre le fascisme

Cliquez pour agrandir

Marche contre le fascisme à Suresnes
Samedi 27 juin à 17h00

Départ place de la paix, devant la poste en direction de la place Jean Jaurès

Prises de parole:
De Vincent Pascucci, résistant et libérateur du Mont Valérien.
D’un représentant de la Fédération 92 du PCF,
Des élus de Suresnes: Paule Ballut et Rodolphe Balensi.

Cette marche a été décidée suite aux propos d'un élu FN de Suresnes qui a publiquement et violemment pris à partie Gisèle Cailloux, ancienne élue de la ville en lui disant, "on devrait vous euthanasier, compte tenu de votre âge !".
Ceci s'ajoute à l'attitude des conseillers municipaux FN qui, aux conseils municipaux, par tracts et sur les marchés, attisent le racisme et la xénophobie.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

jeudi 25 juin 2015

La rose et le pain...

Cliquez pour agrandir

(Photo: Roland RICHA)

"Exigeons qu'Orange rompe son partenariat avec l'opérateur israélien Partner."

On s'bouge (suite)


"Super !"
"quoi?"
"j'apprends que ça bouge aussi au Petit-Nanterre"
"depuis très longtemps"

"comment font-ils?"
"...!?"

Roland RICHA
Jeudi, 25 juin 2015

Le Conseil Régional d’Île-de-France vient d’adopter la version définitive du Contrat de Plan État-Région pour la période 2015-2020, qui comprend la liste des quartiers retenus par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine et la Région pour le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU). La sélection des quartiers du Petit-Nanterre et du Chemin-de-l’Île pour des Opérations d’Intérêt Régional de Renouvellement Urbain a été officialisée à cette occasion.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

mercredi 24 juin 2015

L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine et la Région retiennent les candidatures du Petit-Nanterre et du Chemin-de-l’Île pour des opérations de rénovation urbaine d’intérêt régional


Le Conseil Régional d’Île-de-France vient d’adopter la version définitive du Contrat de Plan Etat-Région pour la période 2015-2020, qui comprend la liste des quartiers retenus par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine et la Région pour le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU). La sélection des quartiers du Petit-Nanterre et du Chemin-de-l’Île pour des Opérations d’Intérêt Régional de Renouvellement Urbain a été officialisée à cette occasion.
Après le quartier du Parc Sud, retenu au titre du Programme National, ce sont donc deux autres quartiers de Nanterre qui vont pouvoir bénéficier des financements conjoints de l’Etat, de la Région, de la Ville et d’autres partenaires, en faveur d’opérations urbaines visant à requalifier certains secteurs.
C’est une excellente nouvelle pour les habitants de ces quartiers et, au-delà, pour les Nanterriens. Le Petit-Nanterre et le Chemin-de-l’Île sont des quartiers dynamiques et vivants, qui bénéficient de nombreux atouts. Mais comme d’autres quartiers de la ville, ils ont conservé des séquelles d’une urbanisation décidée à l’époque par l’Etat sans tenir compte des habitants, technocratique, et qui les handicape encore aujourd’hui. Ils concentrent également des populations fragiles économiquement et socialement, qui aspirent à plus de mixité et à une meilleure qualité de vie.
Ces quartiers ont beaucoup évolué ces dernières années. Le Chemin-de-l’Île s’est considérablement transformé, avec l’ouverture du Parc et la construction de l’écoquartier Hoche, et continue de s’améliorer à travers la rénovation du centre commercial. Le Petit-Nanterre a lui aussi connu une évolution remarquable, à la faveur du 1er Programme National de Renouvellement Urbain, qui a offert à ses habitants un cadre de vie renouvelé et amorcé une véritable dynamique de mixité sociale.
Pour autant, certains secteurs de ces quartiers n’ont pas bénéficié de ces transformations : le secteur Zilina/Acacias/Sorbiers au Chemin-de-l’Île continue de concentrer un nombre important de tours d’habitat social et de structures d’hébergement, patrimoine dense et déqualifié ; il souffre par ailleurs d’une configuration urbaine qui l’isole de son environnement. Au Petit-Nanterre, il s’agit de désenclaver et faire évoluer la cité des Potagers, qui n’avait pas été incluse dans le précédent PNRU, et de travailler sur les abords de l’hôpital pour mieux l’intégrer au quartier.
Depuis plusieurs années, Nanterre a profondément évolué, portée notamment par le projet Seine-Arche qui a entraîné l’ensemble de la ville dans une dynamique de transformation urbaine sans précédent. Cette dynamique, loin de s’épuiser, va prendre une ampleur nouvelle dans les années à venir. Les opérations d’intérêt régional du Petit-Nanterre et du Chemin-de-l’Île s’inscriront ainsi dans un mouvement qui verra également les secteurs du Parc, de la Boule, des Provinces Françaises, d’Anatole France et du Croissant bénéficier d’améliorations considérables. D’ici à 10 ans, alors que le futur 11e quartier de Nanterre, le quartier des Groues, aura émergé, ces quartiers présenteront un nouveau visage, rénové et attractif.
Nanterre compte, aujourd’hui encore, plus de tours que La Défense. La Ville s’attache ainsi à réparer les lourds stigmates du passé, laissés par l’urbanisme d’Etat des années 70 et 80, et à produire une ville plus mixte, plus équilibrée, qui ne laisse aucun habitant au bord de la route. La municipalité veillera à ce que ce processus de transformation, parfois difficile pour les habitants, associe ces derniers, et tienne compte de leur rythme qui n’est pas le même que celui des chantiers, de leurs aspirations et de leur identité.


(
24-06-2015 - Ville de Nanterre)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Appel à la grève des salariés de six établissements et services pour personnes handicapées mentales et psychiques des Hauts-de-Seine.


Depuis quelques semaines, les salariés de l'association APEI Maison du Phare de Neuilly-sur-Seine en appellent aux autorités publiques afin de dénoncer la crise majeure et inédite que les établissements du pôle hébergement et accompagnement de jour traversent. Après avoir violemment licencié deux cadres de direction pourtant en poste depuis 37 ans et 13 ans et reconnus pour leur professionnalisme, l’association refuse d'entendre les réels dysfonctionnements de certains de leurs établissements et ne veut pas accepter le dialogue avec les professionnels de terrain qui témoignent de leurs difficultés grandissantes jour après jour.
Les familles et les salariés s’inquiètent pour l’avenir de ces établissements et la qualité des prises en charge. Après avoir demandé au Conseil Départemental de lancer une médiation les salariés attendent encore d’être entendus par l’association. Des alertes sur l’état psychique actuel des personnes handicapées n’ont de cesse d’être signalées au Conseil Départemental qui semble ne pas réagir.
Nous réclamons depuis de nombreuses années une réflexion sérieuse sur les restructurations des deux foyers d'hébergement en prenant en compte le vieillissement des personnes handicapées mentales et psychiques accueillies puisque la situation de leur accueil en toute sécurité est remise en cause.
Au lieu de se pencher sur les réelles problématiques, l’association APEI Maison du Phare tend à revenir sur les pratiques éthiques et de qualité qui ont pourtant fait sa marque jusque-là. Avec un management non consultatif et un manque de considération des pratiques des professionnels de terrain, l’association semble continuer à perdre de vue les réalités de terrain et les réels besoins des personnes handicapées.

- Alors que la population est vieillissante et les professionnels non qualifiés, pourquoi refuser un partenariat avec un service local infirmier? Pourquoi refuser des collaborations renforcées avec l’EHPAD voisin ou le C.M.P. ?
- Pourquoi ne pas recueillir les avis des équipes de terrain au lieu d’ordonner des pratiques dénuées de sens et contraires au bien-être des personnes handicapées ?
- Pourquoi licencier des personnes charismatiques de ces établissements sans jamais les avoir sanctionnées au préalable après des dizaines d’années d’engagement ? Pourquoi vouloir rentrer dans un conflit avec les salariés en méprisant notamment les instances représentatives des salariés ?
- Pourquoi le Conseil Départemental des Hauts de Seine ne prend-il pas le temps de s’intéresser à cette situation de mise en danger quotidienne des personnes handicapées accueillies ?

Appel à la grève,
le vendredi 26 juin 2015 à 9h00
devant l’Hôtel du Département,
2 Boulevard Jacques Germain Soufflot,
92000 Nanterre

(Section Cgt Apei Maison du Phare et le Collectif des salariés de la Maison du Phare)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Aux "Lumières": Hiroshima, mon amour



Du 24 au 30 juin 2015
VF
Jeudi 20h45; samedi 14h; dimanche 18h30.

Drame réalisé en 1959 par Alain Resnais  
Avec Emmanuelle Riva , Eiji Okada , Bernard Fresson ...  
Date de sortie : 10 juin 1959  



Voilà un classique qui a prêté le flanc à la ­caricature — quel étudiant potache ne s'est pas gargarisé un jour de la formule : « Tu n'as rien vu à Hiroshima, rien » ? C'est ce film de Resnais qui a rendu célèbre le ton durassien — voix blanche, incantation et rectitude. A le revoir, on est frappé par la vaillance du geste d'alors, qui brisait des tabous encore imposés dans le camp des vainqueurs, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Oui, des femmes françaises, coupables seulement d'avoir aimé, ont été tondues à la Libération, marquées à jamais. Et, oui, le bombardement d'Hiro­shima fut une horreur absolue. Ce parallèle historique, c'est Emmanuelle Riva qui le favorise, en interprétant une actrice française venue dans la ville japonaise y tourner un film sur la paix. Elle y rencontre un architecte nippon (formidable Eiji Okada). Leur liaison ardente réveille le souvenir traumatisant de sa jeunesse à Nevers, où elle aima un soldat allemand.
A l'époque, on l'a oublié, le film heurta aussi parce qu'on y montrait un couple en sueur, après l'amour. La sueur et le sable, les cendres et le salpêtre sont évoqués dans cette suite de fragments poétiques et musicaux, qui disent l'union et la désagré­gation, la joie et le chagrin. L'émotion des personnages est si forte qu'elle devient vertige, balancement continu des contraires. Riva est inoubliable en femme moderne, adultérine et hagarde. Terrassée par la maladie de l'amour.
(Par Jacques Morice)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Sur écoute...


"D'après WikiLeaks, les États-Unis ont espionné, au moins entre 2006 et 2012, les trois derniers présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande"
"eeuuhh..."
"quoi?"
"ça ferait un excellent sujet de discussion pour l'émission de Taddéï"
"il est en vacances"
"comment tu le sais?"
"...!?"

Roland RICHA
Mercredi, 24 juin 2015

L'exécutif américain s'est refusé à commenter - ou à démentir - les informations selon lesquelles les États-Unis avaient espionné, au moins entre 2006 et 2012, les trois derniers présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. « De manière générale, nous ne menons pas d'opérations de surveillance à l'étranger, sauf s'il existe un objectif de sécurité nationale spécifique et validé, avait-il souligné. Cela s'applique aux citoyens ordinaires comme aux dirigeants mondiaux. »
François Hollande a décidé de réunir mercredi matin un « conseil de défense » pour « évaluer la nature » de ces informations.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr

mardi 23 juin 2015

Nanterre : un incendie ravage un garage à proximité de la place de la boule

Cliquez pour agrandir

Le cœur de Nanterre a été paralysé ce mardi jusqu’en milieu de matinée. Peu après 4 heures, un incendie s’est déclaré, pour des raisons inconnues, dans un garage Renault, à l’angle de la rue Paul-Vaillant-Couturier et de la rue des Suisses, à deux pas de la place de la Boule.
Les sapeurs-pompiers ont immédiatement déployé de gros moyens - 50 personnels, 15 véhicules et 9 lances. « On le fait systématiquement vu les produits qui s’y trouvent (huiles, essences etc.) qui peuvent dégager beaucoup de chaleur », indique un officier des pompiers. L’incendie a été éteint vers 6 heures mais, en raison des lances branchées sur les prises d’eau du quartier, la plupart des accès à la place de la Boule ont été coupés perturbant considérablement la circulation. « C’est le seul moyen pour éviter que les véhicules ne roulent dessus », poursuit ce pompier pendant plusieurs heures, les pompiers ont continué à arroser les décombres afin de refroidir le site. Au final le garage a été détruit mais cet incendie n’a fait aucune victime. Le trafic n’est redevenu normal qu’en fin de matinée.


(23-06-2015 - Avec les agences de presse)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :

NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

samedi 20 juin 2015

On s'bouge...


"Et toi... t'habites où?"
"au Chemin de l’Ile"
"ouao... c'est chaud par là-bas"
"oui mais ça commence à bouger"
"...!?"

Roland RICHA
Samedi, 20 juin 2015



Mardi 16 juin, à la Maison du Chemin de l’Ile à Nanterre, s’est tenu un conseil de quartier consacré à la restitution publique du travail réalisé par les professionnels du quartier et acteurs de proximité (associations, bailleurs, Éducation Nationale, commissaire, médiateurs…) en lien avec les services municipaux autour des questions de tranquillité publique et de prévention.
Cette restitution faisait suite à la réunion de travail du 6 mai dernier avec les partenaires du quartier du Chemin de l’Ile en présence du Maire, des élus de la majorité et des services municipaux concernés.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

vendredi 19 juin 2015

Des propositions citoyennes pour mieux vivre au Chemin de l’Ile


Mardi 16 juin, à la Maison du Chemin de l’Ile à Nanterre, s’est tenu un conseil de quartier consacré à la restitution publique du travail réalisé par les professionnels du quartier et acteurs de proximité (associations, bailleurs, Éducation Nationale, commissaire, médiateurs…) en lien avec les services municipaux autour des questions de tranquillité publique et de prévention.
Cette restitution faisait suite à la réunion de travail du 6 mai dernier avec les partenaires du quartier du Chemin de l’Ile en présence du Maire, des élus de la majorité et des services municipaux concernés.
Plusieurs groupes de travail issus de cette rencontre ont été réunis au cours du mois de mai pour travailler sur des thématiques telles que les conduites à risques (consommations addictives, rodéos à moto), la parentalité et la réussite éducative (décrochage scolaire, accompagnement des parents), ou encore l’occupation et l’animation de l’espace public (réduire les regroupements en pieds d’immeuble améliorer le cadre de vie).

Des pistes de travail ont ainsi été proposées, puis hiérarchisées dans le cadre d’un travail participatif, et présentées devant les habitants du quartier, venus en nombre, hier soir. Parmi ces réflexions, il faut notamment citer :

- entamer un travail en direction d’un groupe de jeunes qui pratiquent du rodéo à moto sur le quartier en leur proposant des ateliers de mécanique, de circuit, d’accidentologie, sous la forme d’un contrat moral conditionnant l’arrêt des rodéos ;
- développer des interventions en direction des élèves de 6 à 10 ans sur la prévention des consommations addictives (écrans, stupéfiants, alcool, réseaux sociaux),
- développer les stages de remobilisation pendant les vacances scolaires sur l’estime de soi, la persévérance, la valorisation, au travers d’actions socioculturelles ;
- ouvrir un « espace ressources familles » animé par les acteurs du quartier pour informer et orienter les parents du quartier…

Plusieurs pistes de réflexion comme la création d’un espace dédié pour circonscrire et réguler la mécanique sauvage présente sur le quartier ont été saluées par les habitants. D’autres restent à retravailler pour permettre leur réalisation dans les meilleures conditions.
Les groupes de travail se réuniront régulièrement pour suivre la mise en oeuvre de ces propositions et l’avancée de ces actions sera présentée aux habitants lors des conseils de quartier pour une évaluation collective.

(Ville de Nanterre, 19 juin 2015)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

jeudi 18 juin 2015

Les étapes


"Je sais comment faire"
"faire quoi?"
"en finir avec la dette de l’État"
"comment?"
"il faut supprimer l’État"
"ce soir, elle dira qu'il ne faut pas brûler les étapes"
"qui ça elle?"
"Jacqueline"
"...!?"


Roland RICHA
Jeudi, 18 juin 2015

Un débat intitulé «Au nom de la dette» est organisé par la députée de Nanterre-Suresnes Jacqueline Fraysse (Gauche citoyenne) ce jeudi 18 juin à l’Agora.
L’échange sera précédé de la projection du documentaire «On a mal à la dette» de Pierre Carles (durée : 30 minutes).
Benjamin Coriat, membre du collectif des Économistes atterrés, et Vangelis Goulas, coordinateur de Syriza France, participeront aux débats.

Jeudi 18 juin à partir de 19 heures,
à l’Agora
20, rue Stalingrad
Nanterre

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

mercredi 17 juin 2015

La dette de l’État fait débat à l’Agora de Nanterre


Un débat intitulé «Au nom de la dette» est organisé par la députée de Nanterre-Suresnes Jacqueline Fraysse (Gauche citoyenne) ce jeudi 18 juin à l’Agora.
L’échange sera précédé de la projection du documentaire «On a mal à la dette» de Pierre Carles (durée : 30 minutes).
Benjamin Coriat, membre du collectif des Économistes atterrés, et Vangelis Goulas, coordinateur de Syriza France, participeront aux débats.


Jeudi 18 juin à partir de 19 heures,

à l’Agora
20, rue Stalingrad
Nanterre

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

Le Théâtre du bout du monde présente
« L’autre rive »

Cliquez pour agrandir

Jeudi  18 juin à 18 h 30
Théâtre des Amandiers
Salle du planétarium


Ce  spectacle  associe une comédie  grecque d'Aristophane, à savoir Lysistrata et une adaptation "maison" de Horace de Corneille.
La tragédie précède la comédie en dressant un pont au dessus de la mer ionienne.  Les femmes grecques réagissent  à l'assassinat de Camille par son frère Horace et déclenchent  une insurrection en forme de solidarité...
Revenir  en 2015 sur des conflits antiques,  ouvre sur des réflexions qui interrogent  l'évolution de notre monde, afin d'en éclairer la  perception. Tout ceci avec un point de vue décalé.... 
Mais alors totalement décalé !


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

lundi 15 juin 2015

La démocratie à l’épreuve du libéralisme


L’examen en nouvelle lecture du projet de loi Macron a débuté cette semaine en commission spéciale à l’Assemblée nationale et se poursuivra en séance publique dès la semaine prochaine. Empêtré dans ses contradictions entre l’affirmation de sa fidélité à gauche, encore répétée lors du dernier congrès du PS avec la victoire d’une motion qui affirme notamment son opposition au travail du dimanche, et le contenu franchement libéral de ce texte qui généralise ce même travail dominical, le Premier ministre a décidé de poursuivre son coup de force autoritaire.
En première lecture, le gouvernement avait dû recourir à la procédure du 49-3 pour imposer sans vote un texte qui, outre la généralisation du travail dominical et de nuit, rabote les normes environnementales, facilite les licenciements collectifs, affaiblit l’Inspection du travail et les prud’hommes et… allège la fiscalité sur les actions gratuites que les dirigeants du CAC 40 se distribuent entre eux.
Est-ce assez ? Il faut croire que non, puisque le Sénat – désormais majoritairement à droite – n’a pas manqué de s’engouffrer par la porte ainsi ouverte par le gouvernement, en étendant sans contrepartie le travail dominical dans le entreprises de moins de 11 salariés, en le généralisant dans les enseignes culturelles, en adoptant de nouvelles dérogations aux 35 heures ou en démontant le compte pénibilité. Cerise sur le gâteau, le ministre de l’économie a approuvé un amendement de l’UMP créant une commission chargée d’écrire un nouveau code du travail simplifié.
Pour cette nouvelle lecture, le gouvernement a pris garde de bien encadrer les débats. Ainsi, la procédure du temps programmé n’accorde que 2h20 au groupe GDR pour se prononcer sur les 315 articles de ce texte, soit 26 secondes par article. Et comme cela ne devrait pas suffire à calmer les opposants à ce texte, le Premier ministre n’a pas exclu de dégainer à nouveau l’arme du 49-3.
Par cette démarche autoritaire, le gouvernement apporte la preuve – si besoin était – que le libéralisme économique se marie bien mal avec le débat et la démocratie. Une expérience que vivent en direct nos amis grecs*…

Jacqueline Fraysse
Députée de Nanterre-Suresnes
Juin 2015

* Devant le refus d’Alexis Tsipras d’accepter les réformes imposées par Bruxelles, les banquiers de Goldman Sachs, qui avaient aidé un précédent gouvernement grec à truquer ses comptes publics, a récemment demandé un changement de gouvernement en Grèce. Rien que ça.

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

dimanche 14 juin 2015

Plan B


"Concernant l'arrivée massive de migrants sur son territoire, l'Italie menace l'Europe d'un plan B"
"eeuuhh..."
"quoi?"
"a-t-on un plan B à Nanterre?"
"pour menacer qui?"
"...!?"

Roland RICHA
Dimanche, 14 juin 2015


L'Italie, qui se débat pour accueillir des vagues successives de migrants, menace dimanche de mettre en place un "plan B" qui ferait surtout "mal à l'Europe" si l'Italie n'est pas mieux soutenue par l'UE. Au cours des derniers jours, la situation s'est envenimée avec ses voisins européens, lorsque les migrants ont été refoulés aux frontières avec la France et l'Autriche.

La Ville de Nanterre a appris par voie de presse que 89 migrants, évacués sans ménagement du campement situé porte de la Chapelle puis réfugiés dans une caserne désaffectée de Paris, ont été acheminés par la Préfecture de Police de Paris via les cars de la Brigade d’Assistance aux Personnes Sans Abri (BAPSA) jusqu’au Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers (CASH) de Nanterre où ils sont hébergés depuis le 12 juin.


Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

samedi 13 juin 2015

Expulsés de Paris, 89 migrants hébergés par la Préfecture à l’hôpital de Nanterre


La Ville de Nanterre a appris par voie de presse que 89 migrants, évacués sans ménagement du campement situé porte de la Chapelle puis réfugiés dans une caserne désaffectée de Paris, ont été acheminés par la Préfecture de Police de Paris via les cars de la Brigade d’Assistance aux Personnes Sans Abri (BAPSA) jusqu’au Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers (CASH) de Nanterre où ils sont hébergés depuis hier soir.
La Ville partage pleinement la nécessité pour la France d’accueillir dans des conditions dignes ces personnes qui ont fui les persécutions dont elles étaient victimes. Forte de sa tradition d’accueil de toutes les migrations, elle y prendra naturellement toute sa part.
Cependant, nous nous désolons de constater qu’une fois encore, Nanterre, qui compte 60% des places d’hébergement des Hauts-de-Seine, est mise à contribution dans des proportions considérables (89 personnes sur près de 300), sans aucune concertation préalable et dans une impréparation totale.
Ces méthodes nous rappellent l’épisode douloureux des familles maliennes expulsées de l’esplanade de Vincennes en 1992, qui avaient été accueillies dans l’urgence à Nanterre. Il avait alors fallu plus de quatre ans pour trouver des solutions de relogement pérenne. Cela nous rappelle également l’accueil de quarante familles réfugiées de Malte au sein du foyer de travailleurs migrants Adoma des Sorbiers en 2009, ou encore l’accueil de réfugiés tibétains au sein de ce même foyer ces dernières années.
Une nouvelle fois, confrontée à l’urgence d’une crise humanitaire, la Préfecture de Police de Paris mobilise les importants moyens d’hébergement situés à Nanterre pour régler la situation. Ce qui s’apparente à un véritable détournement d’usage est d’autant plus regrettable qu’une trentaine de personnes sans abri, habituellement hébergées au CASH, en ont été renvoyées pour que les migrants expulsés de Paris puissent y être accueillis. Ces sans-abris risquent de passer l’été sans solution d’hébergement, dans les espaces publics et les cités d’habitat social du secteur environnant le CASH.
Depuis plus de vingt ans, c’est donc la même situation qui se reproduit encore et encore. Elle perdurera aussi longtemps que l’Etat ne trouvera pas le courage d’imposer un plan de construction aux 124 communes qui formeront demain la Métropole du Grand Paris, afin que chacune d’entre elles accueille une structure dédiée à l’hébergement de publics variés – sans-abris, demandeurs d’asile, réfugiés, ayant en commun d’être en situation d’urgence.
Les élus de la Ville, la députée et le comité de défense et de modernisation de l’hôpital de Nanterre se battent depuis plusieurs années déjà pour obtenir qu’un véritable projet soit défini pour le CASH, conciliant sa vocation hospitalière et sa vocation sociale. Il n’est pas étonnant que ce projet peine à aboutir, alors que l’Etat considère cette structure comme un moyen de régler les situations de crise humanitaire. Dans le même temps, il diminue la réponse médicale proposée par l’hôpital en en supprimant le service pneumologie.
Il importe donc plus que jamais que les acteurs mobilisés en faveur de l’avenir de l’hôpital maintiennent leur action pour que le projet du CASH aboutisse, y compris dans ses dimensions architecturales et urbaines. C’est ce projet qui permettra d’éviter que l’on reproduise à l’infini l’attristant scénario que nous avons connu aujourd’hui.
Nanterre, convaincue de la nécessité d’aider ces migrants autant que possible, veillera à ce que ceux d’entre eux hébergés au CASH soient traités avec humanité et aient accès à l’ensemble de leurs droits.

(Ville de Nanterre, le 13 juin 2015)

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr       

mardi 9 juin 2015

Service public


"Dis-moi..."
"oui?"
"c'est quoi un service public?"
"c'est un service assuré par l’État à tous les citoyens... même à ceux qui n'ont pas les moyens de payer"
"non... ça... c'est un plus"
"...!?"

Roland RICHA
Mardi, 09 juin 2015

Pour recevoir ce bulletin d'information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr