samedi 29 avril 2017

Des "clics"


- Certains disent que les 497.537 insoumis, à ce jour, sont des clics
- oui... et alors?
- je viens de mettre en place un nouveau groupe d'appui de la France insoumise à Nanterre composé de 4 "clics"
- ...!?

Roland RICHA
Samedi, 29 avril 2017



vendredi 28 avril 2017

La Revue de la semaine de Jean-Luc Mélenchon

Dans ce 26e numéro de la revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon analyse la situation politique après le premier tour de l'élection présidentielle. Il souligne l'excellent résultat réalisé par la France insoumise, en particulier chez les plus jeunes, et parle de la consultation des insoumis en cours sur le deuxième tour.


Accès à l'Avenir en commun:
https://laec.fr/

Nanterre insoumise: Soutien aux grévistes de la faim Palestiniens

Solidarité avec les prisonniers Palestiniens
https://assawra.blogspot.fr/2017/04/solidarite-avec-les-prisonniers.html

Depuis 10 jours, 1500 Palestiniens ont entamé une grève de la faim dans les prisons de l'occupant israélien. Le traitement que leur infligent les dirigeants et les militaires de ce pays est inhumain.
Le mouvement a des objectifs précis et limités : obtenir que les conditions de détention des prisonniers cessent de violer les droits de l’Homme et le droit international, mais il lève, de ce fait même, le voile sur le système de domination et d’apartheid de l’occupation.
La seule réponse israélienne a été la répression : mesures disciplinaires, dispersion des grévistes dans de nouvelles prisons, mise en cellules d’isolement des responsables du mouvement de grève, interdiction d’accès des avocats à leurs clients, suppression généralisée de toutes les visites de familles.
Les colons israéliens aidés des militaires, dans leur cynisme habituel ont cru démoraliser les prisonniers en organisant un barbecue géant devant la prison d'Ofer. Ils n'ont fait que dévoiler leur ignominie.
La négation de tous les droits élémentaires des palestiniens depuis 1947 montre combien Israël et ses dirigeants méprisent les droits de l'Homme et combien leur arrogance face aux résolutions de L'ONU est grande.
C'est cette situation d'humiliation permanente et de négation du droit de vivre dans la paix du peuple Palestinien qui produit le risque d'affrontements et d'errements d'une jeunesse désespérée.
La solidarité internationale avec le peuple palestinien exige la fin de l'agression militaire israélienne et l'imposition d'un processus de paix sous l'égide des Nations Unies.
Les insoumis de Nanterre apportent leur soutien total aux grévistes de la faim, demande aux autorités françaises de protester contre la répression de ce mouvement et demande la reconnaissance de l'État de Palestine comme le vote à l'assemblée nationale les autorise.

Nanterre insoumise
Vendredi, 28 avril 2017

"Va falloir attendre?"


- Tu manifestes lundi 1er mai?
- plus que jamais
- pour revendiquer quoi?
- la sécurité sociale intégrale
- pour ça... va falloir attendre 2022
- pourtant je sais que c'est possible dès maintenant
- pas de doute... toi, t'as voté Mélenchon
- ...!?

Roland RICHA
Vendredi, 28 avril 2017

Accès à l'Avenir en commun:
https://laec.fr/
   
La consultation chez les généralistes passe à 25 euros lundi 1er mai. Une revalorisation de 2 euros insuffisante pour relancer les vocations, préviennent d'ores et déjà les syndicats des médecins qui attendent du prochain président qu'il "redonne sa place à la médecine libérale". (afp)

Des syndicats CGT, SUD, FSU appellent à battre "les deux candidats"

Des syndicats CGT, SUD et FSU réunis dans le collectif "Front social", vont défiler le 1er mai à Paris pour appeler "à battre les deux candidats" à la présidentielle. (afp)

Des syndicats CGT, SUD et FSU vont défiler le 1er mai à Paris pour appeler "à battre les deux candidats" à la présidentielle, à contre-courant de leurs centrales nationales qui invitent les militants à "faire barrage" à Marine Le Pen.
Ces organisations, réunies au sein d'un collectif fraîchement créé ("Front social"), défileront place de la République, aux côtés des centrales nationales CGT, FO, Solidaires et FSU.
Les quatre centrales réclameront qu'on en finisse "avec les reculs sociaux qui font le terreau de l'extrême droite". Le collectif lui, défilera sous une banderole différente: "Peste ou choléra: Front social, c'est dans la rue que ça se gagne".
"Nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde que nos confédérations, qui appellent à battre Marine Le Pen", déclare Romain Altmann, secrétaire général CGT Info'Com.
Il ne s'agit pas d'un mouvement syndical "dissident", a dit M. Altmann, mais d'un "syndicalisme horizontal où ce ne sont pas les chefs des confédérations qui décident".
"Nous, on dit qu'il faut battre les deux candidats. Nous sommes contre le fascisme et contre la finance", ajoute-t-il.
Environ 70 organisations sont réunies au sein du Front social, dont de nombreux syndicats SUD et CGT d'entreprises ou structures locales (CGT Goodyear, CGT Info'Com, SUD Commerces, SUD Education, SUD PTT...), ainsi que des syndicats FSU, la CNT, le NPA, des collectifs et associations comme Droits Devant! ou le DAL (Droit au logement).
Ils organiseront également un rassemblement à Paris le 8 mai, à 14H00 place de la République, au lendemain du second tour de la présidentielle, pour protester contre la "régression sociale élue".
Le collectif avait organisé un "1er tour social" le 22 avril pour avertir "qu'il faudra faire avec la rue" après la présidentielle. Environ 2.000 personnes avaient manifesté.